250e chronique Victime de la porn

Déjà 250 chroniques sur Nightlife avec mon concept au titre ridicule!

Comme pour la 100e et la 200e, j’ai essayé de faire un petit quelque chose de spécial. En fait, si vous avez suivi 10putes, c’est la suite de mon post où je cherchais une candidate pour tester les 36 fameuses questions.

Dans la chronique, je vous raconte toute la date en détails (presque) :

Victime de la porn : 36 questions pour tomber en amour

UPDATE: The Big Bang Theory vient tout juste de sortir un nouvel épisode où il parle du même experiment. Drôle d’adon!

Histoires de vagins (on dit VULVE)

Je lisais cet article d’Anabelle Nicourd dans La Presse : Les nouveaux complexes du sexe

Ça fait plusieurs fois que je lis ce genre de texte sur la montée de la chirurgie de vulve. D’ailleurs, j’avais écrit une de mes meilleures chroniquesVDLP là-dessus  :

Victime de la porn : t’as un beau vagin

victime-de-la-porn-tas-un-beau-vagin-80511

C’est pas juste une plug gratuite, c’est pour dire que j’ai toujours eu plein d’empathie pour les gens qui sont complexés. Surtout de leur sexe. Tout ce qui empêche d’être bien dans sa sexualité, je trouve ça épouvantable.

Mais cette fois, en lisant le texte d’Anabelle Nicoud, il y a un truc qui m’a frappé. Oui, clairement, il y a une influence des usual suspects (la porn, Hollywood, les magazines, etc.), mais c’est fou combien il y a des parents qui sont non seulement poches, mais aussi très riches.

Je lisais toutes ces histoires de chirurgies super chers et je me disais « Quels histoires de bourges! »

Pas le problème qui est bourge, mais les solutions.

Ce n’est qu’une théorie, mais peut-être qu’un des facteurs qui explique cette hausse drastique de chirurgies, c’est qu’il y a de plus en plus de gens qui font assez d’argent pour se les offrir. Sérieusement, quel genre de salaire faut-il pour vouloir mettre 5000$ sur la vulve de son enfant de 12 ans? Et seulement pour ses propres goûts personnels de parent de marde!

C’est bien beau de dire qu’une ado est influencée par la méchante société, mais quand ta propre mère bitche sur ton sexe, c’est quoi tes chances de t’en sortir côté estime de soi? Ça m’enrage que des gens comme ça puissent avoir des enfants.

En plus, c’est tellement d’argent!

Quand j’avais 12 ans, mes dents croches étaient croches et la moitié de mes amis portaient des broches pour régler ça. Chez nous, c’était trop cher. Case closed. Et même si la société a les dents plus droites que jamais et que 99% du monde à la télé a une dentition parfaite, avec le temps, je me suis habitué à mes dents croches. (Ou je me suis trouvé d’autres complexes plus importants.)

Mais si j’étais super riche et que j’avais la possibilité de régler tout ça dans un après-midi, je le ferais sûrement.

Tout ça pour dire que si on opte de plus en plus pour la chirurgie, c’est peut-être pas tant parce qu’on devient de plus en plus superficiel, c’est peut-être juste qu’on a tellement d’argent qu’on est rendu à en mettre sur des trucs superficiels.

Sinon, les temps ne changent pas tant que ça. Du monde de 50 ans qui rêvent de ravoir leur corps de 25, ce n’est pas un phénomène nouveau. Ça existe depuis que l’humain arrive à vivre aussi vieux.

Le temps, c’est de l’argent, sauf quand vient le temps de payer le loyer

Pour un gars qui se cherche de la job, je suis occupé en bâtard!

Il y a les Rendez-Vous du cinéma québécois qui commencent demain! Quelqu’un y va? On m’a dit que c’est une bonne place pour réseauter, mais ça doit être tough de réseauter tout seul. Je pense y aller quelques fois durant la semaine vu qu’il y a plusieurs trucs que j’ai envie de voir. J’essayerai d’y projeter l’image du writer winner qui n’a pas désespérément besoin de faire de l’argent au plus criss…

(J’ai tu dit que je cherche de la job? J’essaie de garder ça subtil.)

Pour ceux qui se le demandaient, je me suis finalement branché sur une candidate pour l’expérience scientifique de « Qui veut tomber en amour? » Merci de votre participation. C’était bon pour mon égo. Si tout se passe bien, ça DEVRAIT être mon sujet pour ma prochaine chronique Victime de la porn. Pour le mariage, aucune date n’est encore fixée pour le moment.

(D’ailleurs, ma chronique d’aujourd’hui vient tout juste d’être publiée et s’appelle : mouiller pour les gens confiants.)

Pour le tout premier podcast sur mavoixradio.com, c’était censé s’enregistrer mardi passé, mais ç’a été replacé à ce dimanche. (C’est ça qui arrive quand tu gères des superstars.) Il me reste à trouver un spot (café ou bar tranquille) proche de chez nous où on pourrait enregistrer ça. Curieusement, 90% du monde avec qui je veux faire un podcast est allergique aux chats! Ça complique un peu mes plans.

En tout cas, j’ai hâte que ça se fasse! Peut-être que quelqu’un de super puissant (ou juste cool) va entendre ma douce voix et se dire : « Wow! Je dois vraiment engager ce gars-là! »

J’ai aussi un fuck de courriel qui me scrap la vie. Je m’ennuie presque des fax. J’ai envoyé un projet télé il y a plusieurs semaines à une boite de production et comme je n’ai jamais eu de réponse, j’ai cru bon leur réécrire à savoir si le courriel s’était rendu. Eh bien non! La femme m’a répondu en moins de 10 minutes pour me qu’elle n’a rien reçu!

D’un côté, c’était frustrant d’avoir perdu tout ce temps-là (alors que je suis salement pressé de devenir riche), mais en même temps, j’étais content de savoir enfin ce qui se passe. Alors je renvoie tout de suite mon beau projet avec ma belle lettre de présentation et mon CV de gagnant et puis… rien. Et là, ça fait une semaine que j’attends et je suis de retour au même point que j’étais avec tous les doutes et la confusion et les 1000 questions du genre :

  • Est-ce que j’écris encore?
  • Est-ce que ça va se rendre?
  • Est-ce qu’elle va me trouver gossant?
  • Est-ce que ce sont les pièces jointes qui bloquent l’envoi? (C’est pourtant pas gros.)
  • Est-ce qu’elle est juste occupée et n’a pas encore lu?
  • Est-ce un geste de Jésus pour me punir d’être athée?

Tant de questions, si peu d’argent. Et toi, les affaires, ça roule? En tout cas, si des fois tu regrettes d’avoir choisi ta job de 9 à 5, j’espère que ça te réconforte dans ton choix.

Tu parles d’un hasard poche!

Alors que je passais ma Saint-Valentin sexy à travailler sur l’ordi, quelqu’un m’ajoute sur Twitter. Comme toutes les fois où j’ai un nouveau follow, je check la fiche de l’autre. Et là, dans la timeline du gars, il y a un retweet d’un autre dude qui a cet avatar-là :

mavoixdrainville

Et là je suis sous le choc parce que si tu te rappelles de mon nouveau site de super podcast, le logo est crissement pareil :

MaVoixRadio.com

Même police, même couleurs, mêmes mots! Méchant hasard poche.

J’imagine que c’est ça qui arrive quand tu fais juste mettre du texte en Helvetica sur un fond coloré comme tout le monde, mais crime, avec les mêmes mots pis toute, c’est vraiment tout un adon. Et pas certain que je veux être confondu avec Bernard Drainville. :)

Ç’a l’air d’être sa campagne qui a ce look-là.

drainville2015-Feb-12

Le pire, c’est que je préparais tout à l’heure le premier épisode qu’on enregistre mardi dans Hochelaga. J’ai hâte de voir comment va se passer mon enregistrement sur la route. Pas certain que c’est une bonne idée de trimbaler du stock de podcasts à -1000°C, mais bon, je repousse déjà mon jogging à cause du froid, je peux pas choker sur les podcasts en plus.

50 Shades of who cares…

Je sais que c’est internet qui est fait comme ça et que ça ne changera jamais, mais ça m’énerve que dès qu’un truc devient populaire, il faut que tout le monde donne son avis. Et oui, je réalise que je ne suis pas mieux avec mon texte de défoulement.

Ça fait des années que tout le monde dit que 50 Shades of Grey est poche, et là, comme ça va sortir au cinéma, il faut encore insister plus sur combien on trouve ça poche. On n’est pas le public cible, mais on a besoin de le dire. Trouver des nouvelles façons de le dire. Trouver des nouveaux angles parfaitement ridicules pour l’exprimer.

Comme là, dans mes timelines, on capotait sur la représentation de la femme. Comme si chaque personnage féminin avait la responsabilité de rendre honneur à son sexe. On en a pour combien d’années avant de réaliser que c’est cave?

Ensuite, j’ai vu plein d’articles où l’on capotait sur le retrait du safe-word dans le film. « Non, non, NON!! Ils font du sado-maso sans safe word! Vite! Brûlons cette oeuvre de Satan! Il ne faut surtout pas qu’un scénariste ait écrit une histoire inventée où un personnage fictif n’a pas de safe-word dans sa situation de faux danger fictive! »

Parce que tout le monde le sait, dès qu’une histoire dépasse les 50 000 copies vendues, ça devient une bible que tout le monde prend pour du cash. L’histoire cesse d’être une histoire et tout devient vrai. Même que chaque élément de l’histoire devient un pamphlet servant à faire la promotion de vices quelconques.

Si un des personnages ne porte pas de capote, on fait la promotion du bareback sex. Si un des personnages bullshit, on fait la promotion du mensonge. Si un des personnages tue quelqu’un, on fait la promotion du meurtre.

Et là, vu que le consentement sexuel est un concept important dans notre actualité, on essaie d’inventer des intentions à un auteur pas rapport qui a juste écrit un roman Harlequin de plus. « Il n’a pas écrit son histoire cochonne comme il faut. Le monde ne mouille pas sur les bonnes affaires! »

C’est épouvantable.

Le pire, c’est que je comprends l’idée de vouloir profiter du succès d’une oeuvre supra mainstream pour sensibiliser le petit peuple à certains enjeux de société, mais est-ce qu’on pourrait faire un effort pour amener ça juste un tout petit peu comme du monde?

Juste acknowledger une coupe de fois que c’est juste une histoire et non la thèse de doctorat d’un tyran maléfique.

Genre « Bon, là, je sais que c’est juste un film, mais pour du vrai bdsm dans la réalité, si on veut une relation de domination saine, ça prend un safe-word et bla bla bla… »

On peut garder le ton moralisateur pis toute, juste préciser quelque part qu’on est conscient que c’est une histoire. Une histoire qui, dans ce cas-ci, n’avait pour but que de faire mouiller quelques madames.