Eric Chandonnet, auteur, part 2

Il y a deux ans, j’avais fait un post pour parler du malaise de s’autoproclamer auteur. Moi, je m’étais naïvement cru auteur en sortant de l’école. Au m ême titre qu’après ma technique, j’étais technicien. Je ne vois toujours rien de prétentieux là-dedans, d’ailleurs. J’ai choisi d’écrire dans la vie : je suis auteur. Ça a toujours été simple pour moi.

Sauf que rapidement, j’ai bien vu que c’est le genre de titre qui provoque des réactions et encore, je me fais souvent piquer là-dessus. Presque toujours par des langues sales qui veulent te faire comprendre que tu suces mais aussi par d’autres qui posent une question assez légitime : est-ce que tout le monde qui écrit est auteur? Une façon d’établir une distinction entre l’amateur et le pro. Je comprends ça. Sauf qu’ à un moment donné, elle est où la ligne?

Louis avait amené un point intéressant et subjectif dans l’autre post. Il avait dit qu’il oserait se présenter comme humoriste une fois qu’il ferait 50% de ses revenus avec ça. Est-ce que ça fait du sens? Si c’est 90% de tes revenus mais que tu fais 12,000$ par années, est-ce que ça compte encore? Est-ce qu’il faut avoir des oeuvres de publiés/diffusés? Combien? Est-ce qu’il faut faire parti d’un syndicat? Passer à Tout le monde en parle? Est-ce qu’il faut aller aux Gémeaux? Tougher deux heures au buffet après? Est-ce qu’il faut être reconnu dans la rue? Est-ce qu’il faut passer un test spécial où on ne doit pas faire plus que X fautes par page? Avoir plus que vingt jobs d’écriture sur son CV? Porter son CV dans son cou? Tout s’annule si on se fait couper l’électricité?

Parce que moi, quand l’opto me demande ce que je fais dans la vie, je lui dis que je suis auteur et peut- être que ça ferait chier certains malheureux wannabes. Mais qu’est-ce que je suis sensé faire d’autre?

C’est pas comme écrivain qui semble ajouter un certain prestige (encore l à, c’est que ma perception) ou scénariste qui est réservé davantage au monde du cinéma (et encore une fois, je suis pas sûr).

Moi, j’écris (et je suis payé pour) de la télé, des chroniques, des sketchs humoristiques et autres gogosses. Si je voulais être pompeux, j’irais pour la totale avec auteur dramatique, chroniqueur, scripteur humoristique et bla bla bla bla bla. Mais criss, auteur. À part la connotation d’artiste qui va toujours susciter des réactions, je ne vois pas trop la grosse affaire.

Et si je ne suis pas capable d’assumer que je suis auteur et que je mérite d’ être rémunéré pour ce que j’écris, qui va vouloir engager ça?

(Terminer ça avec une question rhétorique, belle passe sur la palette… )

31 commentaires

  1. tchendoh

    Une limite qui aurait du bon sens, ça serait : Quand une fille couche avec toi à  cause de ça.

  2. Ray

    Je voit pas le problème avec le fait de se proclamer auteur lorsque tu est payé pour écrire, même si ce n’est peut-être pas autant que tu le désirerait.

    Personnellement je croit que ça va avec l’importance que l’écriture a dans ta vie.

    Exemple : J’ai déjà  écrit quelque histoire absurde dans mon cours de français au secondaire mais je ne me considère pas comme un auteur.

    Par contre, toi tu semble t’être découvert un passion pour l’écriture qui occupe le plus clair de ton temps en plus d’être rémunéré pour ton travail.

    You are more auteur than I will never be :P

    (C’est pas grand chose mais c’est deja ca :) )

  3. Ray

    Si une fille couche avec toi à  cause de ca c’est que t’es mur pour te faire imprimer des cartes d’affaires :D

  4. Vincent

    J’aime! (Tu devrais ajouter un piton à  la facebook (pas facebook) 10putes.com / Like)

  5. tchendoh

    ray, ahahahah!

    vincent, je voulais le faire mais ça demande une librairie spéciale. Tous les updates au site vont venir quand j’aurai ENFIN switché de serveur.

  6. Vincent

    Ah ok! Vas-tu voir du GHB ce soir? If so then see you there!

  7. tchendoh

    Nah je peux vraiment pas! :(

  8. Seb

    Tiens, la rotation incroyable des sujets abordés se poursuit ici une fois de plus: filles/malaises personnels/j’analyse les 2-3 dimensions de ma vie/hockey.

  9. tchendoh

    eheheh et tu reviens jour après jour.

    Comment défoncer une porte ouverte. Jamais eu la prétention d’être original dans mes sujets.

    Désolé si tu voulais je parle de Nascar, champ’.

  10. KimiC

    J’te connais pas comme t’a pu le constater je lis quelques blogs dont le tien..

    pourquoi ne pas te dire chroniqueur? je n’ai rien contre le statut d’auteur mais pour moi un auteur c’est quelqu’un qui rédige un ouvrage sur un sujet x et qui fouille dans les moindres détails les méandres de la litérature et de la science et qui désire pousser toujours un peu plus loin.

    personelement je trouve que auteur ça « peut » faire prétentieu sauf si tu publie pour une maison d’édition qui respecte ton travail??

    mais bon ça dépent de chacun.. je vois pas pkoi en faire tout un plat!?

  11. tchendoh

    Ben parce que chroniqueur c’est juste une partie de ce que je fais. (la plus connue sur 10p) Quand j’écris de l’humour pour quelqu’un, c’est pas être chroniqueur. Quand j’écris des épisodes télé, c’est pas être chroniqueur. Quand j’écris des sketchs, c’est pas être chroniqueur. Quand j’écris des gags muets poches, c’est pas être chroniqueur.

    Pour ce qui est de ta définition d’auteur, je vois vraiment pas de quoi tu parles. François Avard est même pas auteur selon ta définition. Si t’écris du théâtre, t’es quoi? (à  part pauvre)

    Toi, tu sembles parler d’un écrivain. Auteur, y a pas un terme plus général que ça.

  12. KimiC

    écrivain,scénariste, blogeur what so eva!!
    tant que ca paye l’hydro!!

    je connais pas de françois avard mais je connais le corbusier et haussman.. on a pas tous des bac en litérature, désoler !!!

  13. KimiC

    l’hydro c’étais juste pour péser sur le bouton un tantinet :))

  14. Isa

    Je comprends pas, les gens qui t’ostinent ont pas de dictionnaire?

  15. tchendoh

    Ça dépend lesquels. Souvent, ils chantent juste trop souvent « J’aurais voulu être un artiiiiiiiiiiiste »

  16. Simon

    @kimic

    Je crois que tu parles plus de chercheur que d’auteur.

    @tchendoh

    Pense pas qu’on puisse en arriver à  une définition fixe. Au cinéma, les réalisateurs sont souvent considérés comme les auteurs plutà´t que les scénaristes, alors que c’est l’inverse pour la télé. C’est souvent relatif à  une oeuvre spécifique, genre, t’es l’auteur de cette oeuvre-là . Pour moi t’étais un auteur la première fois que je suis arrivé pour lire ton blogue.

    Après, pour un titre dans la vie en général, je pense que tu te présentes un peu comme tu veux quand tu fais plusieurs types de jobs pour vivre. Dans mon cas, par exemple, je suis engagé par l’université pour faire des recherches, mais est-ce que je me présente encore comme « étudiant »? J’pense pas qu’on pourra en arriver à  un consensus sur ce genre de sujets.

  17. tchendoh

    Ben ouais, je suis l’auteur de plein de trucs spécifiques que j’écris. J’écris des histoires/oeuvres. Je comprends pas trop pourquoi ça serait plus compliqué que ça.

    Et toi t’es chercheur ou recherchiste pour une université. Mais bon, ça ne se compare pas super bien, me semble. À moins que ton point ça soit que toutes les jobs sont indéfinissables de nos jours?

  18. taupe

    J’ai écrit des articles publiés. J’ai écrit des manuels. J’ai écrit des rapports publiés. J’ai écrit des nouvelles et des essais publiées. J’ai écrit un roman que je garde pour moi… Mais je ne suis pas un auteur… Tellement pas. Je crois qu’être un auteur, c’est vivre en auteur, en créateur… C’est totalement justifié alors…

  19. tchendoh

    Ah pour vivre en auteur, je vis en auteur!

    Living the dream! ;)

  20. Simon

    @tchendoh

    Mon point c’est plutà´t de dire que je feel la même chose par rapport à  ce que je fais et que certains voudraient encore que j’insiste sur le fait que je suis « étudiant ». J’suis pas trop d’accord avec l’idée de l’auteur « romantique » qu’il faille souffrir ou avoir un certain mode de vie pour être considéré comme un « vrai » auteur.

  21. Louis T

    À partir du moment o๠tu reçois une rémunération, tu es auteur professionnel. Que ce soit 2000$ ou 20 000$. Maintenant, je comprends que lorsqu’on se dit auteur (ou humoriste) les gens nous demande notre CV artistique et c’est là  que ça devient plus difficile.

    Comme dans mon cas, n’ayant pas encore fait de gala JPR, les gens ont de la difficulté à  me croire vraiment humoriste ou s’imagine que je suis pas bon.
    Un gala JPR, c’est leur barème pour savoir si ma démarche est sérieuse ou pas. Combien j’ai gagné en tant qu’humoriste cet année, il s’en fiche, ils ne s’intéressent qu’aux apparitions télé.

    Je suppose que c’est un peu pareille pour un auteur. Difficile de faire comprendre aux gens que ça ce peut, tant que t’a pas à  ton tableau de chasse une grosse réussite.

  22. Frédéric

    J’ai un bac en philo… Suis-je philosophe pour autant ? Et même si je gagnais ma vie avec ça, en serais-je un ? La plupart des auteurs que l’on considère comme philosophes aujourd’hui ne gagnaient pas leur vie ainsi. Donc, l’argument de gagner sa vie comme auteur pour l’être ne tient pas à  mon avis. Ce n’est pas une question quantitative, mais bien qualitative.

    Toi, personnellement, te considères-tu auteur et te sens-tu comme tel ?

    On ne peut pas non plus se fier sur ce que les autres pensent de nous. Ce n’est pas parce que quelqu’un pense que tu es un abruti que tu l’es. Donc, pourquoi ça serait le cas pour le statut que tu te donnes ?

    À partir du moment o๠tu crois être un auteur, que tu agis comme tel (donc que tu écris) et que tu te sens comme un auteur, alors tu l’es.

    Ceci dit, je comprends ton point Louis T. Dans le domaine artistique, on aime être vu et reconnu… sauf que si on attend après ça pour être humoriste ou auteur, on peut attendre le facteur longtemps. Malheureusement, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus! Et, être élu ne veut pas dire qu’on est bon non plus !

    Soyez ce que vous souhaitez être!
    (plus facile à  dire qu’à  faire, je sais, mais faisable!)

  23. tchendoh

    Ah, quel bon commentaire! Digne d’un philosophe. ;)

  24. Louis T

    Je crois que s’agit de clarifier la question. On parle de ta condition ou de ta profession.

    Tu peux être philosophe sans en gagner t’as vie, ce n’est donc pas ta profession, mais une condition.

    Même chose pour humoriste ou auteur, de là , l’ajout de professionnel.

  25. Louis T

    Je m’en voudrais de ne pas ajouté que selon moi, t’es un auteur Tchendoh, haha.

  26. tchendoh

    ehehehe « auteur » pour un humoriste, c’est un peu une insulte anyway ;) Comme dans la phrase « osti que t’es auteur ».

  27. isa

    Finalement, peut-être que tu devrais signer « à‰ric Chandonnet, auteur professionnel » ;)

  28. Lamoue

    Les anglos ont réglé la question en faisant une différence entre « writer » et « published author ».

  29. tchendoh

    Ben justement, j’aimerais pouvoir juste dire writer. Ça dit ce que ça a à  dire. Pour moi, auteur c’est writer.

  30. Astor

    au moins t’as la décence de pas dire écrivain. auteur c’est spot on

  31. Martin

    Moi, je dirais plus que le titre de ton travail vient au pourcentage du temps que tu y consacre…non au % du salaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2022 10putes.com

Thème par Anders NorenHaut ↑