Ellen Page

Pour ceux qui ne le savent pas, Ellen Page a fait son coming out hier. Et deepuis, je suis sous le choc.

Je suis profondément secoué parce que dans ma tête, les personnes gaies qui ont peur de faire leur coming out, ce ne sont pas des personnes comme Ellen Page. En fait, Ellen Page est à l’opposé de tout ce que j’imagine de ces personnes-là.

- Une Canadienne de la Nouvelle-Écosse (un spot assez progressiste, non?)
- Elle a 26 ans (donc elle a gardé ça pour elle une éternité)
- Elle Page est quelqu’un que je considère comme magistralement authentique.

Bon, je ne la connais pas personnellement. Mais pour l’avoir beaucoup suivi depuis longtemps, je l’ai vraiment vu souvent en entrevue et c’est tellement une libre-penseuse. D’ailleurs, c’était tripant de voir à quel point elle n’embarquait pas dans la game de vedette. Elle a toujours gardé son style bien à elle. Aucun semblant de superficialité. Aucun effet Hollywood. Aucune envie criante de plaire à tout le monde. C’est vraiment rare pour les acteurs ou actrices. Encore plus quand ils sont devenus big aussi jeunes.

Si j’avais eu à nommer UNE actrice en Téflon qui se crisse de ce que tout le monde va penser d’elle, c’est clair qu’Ellen Page sortait en tête de liste.

Et c’est exactement ça qui m’ébranle dans mes certitudes depuis hier. Ça ne compute pas dans ma tête. Pourquoi quelqu’un comme Ellen Page peut encore avoir peur d’être ouvertement lesbienne en 2014?

Avant d’entendre son allocution, je me suis tout de suite dit que ça devait être pour le travail. Peut-être que les agents de casting américains ont des préjugés et que c’est plus difficile d’obtenir certains rôles quand on est homo. Peut-être. Ce serait complètement ridicule (il n’y a qu’à voir Barney dans How I Met Your Mother), mais peut-être.

Mais la regardant et en écoutant son discours, on voyait bien que c’était beaucoup plus profond qu’une simple histoire de contrats. On sentait toute la vulnérabilité. Et par la suite, toute la délivrance. Une telle délivrance. Je n’aurais tellement jamais imaginé de voir cette femme si forte être si vulnérable sur un enjeu comme celui-là.

Autant je suis inspiré par son coming out, autant il me décourage. Dans ma tête, la société est tellement rendue plus loin que ça. Peut-être pas partout dans le monde, peut-être pas aux États-Unis, mais au moins au Canada. Peut-être que j’avais tort. Clairement, j’avais tort. J’essaie de me réfugier quelque part dans ma tête en me disant qu’au moins au Québec, c’est différent. Au moins, à Montréal, c’est différent. Right?

Right?

Mais aujourd’hui, je ne le sais plus.

Commentaires

  1. Hasina a écrit

    j’ai hâte au jour où les gens n’auront plus à faire de coming out (ou du moins, que ce ne soit plus un gros événement) et où ils n’auront plus à se justifier sur la raison pour laquelle ils veulent garder pour eux leur orientation sexuelle (comme on peut faire le choix de ne pas afficher publiquement nos couleurs politiques), sans que ce soit interprété comme une honte de leur homosexualité ou une peur de la réaction des autres. Le fait qu’un coming out soit un gros événement, c’est la preuve qu’il y a encore un gros malaise social.

  2. a écrit

    Je suis tellement d’accord.

    Mais quand on voit à quel point ça semblait une délivrance pour elle, on voit combien ça peut encore être lourd à porter. C’était ça qui m’a étonné.

    Je pense que j’ai vu le lien passer 200 fois dans mes timelines avant de le regarder parce que justement, qu’elle (ou n’importe qui d’autre) soit gaie ou pas, ça me fout pas grand-chose. (À part la rayer de ma liste de vedette que je veux me pogner.)

  3. Elper a écrit

    on né homosexuel(le) mais gay ça vient progressivement selon chacun, elle se sentait p-e pas assez gay il y a qqs années c’est tout, maintenant elle l’est assez que pour s’identifier comme tel

  4. Step by step a écrit

    Ben oui, encore heavy d’être gay. Même à Mtl. Aux States, sitôt que tu sors des grandes villes, watch out. En Europe, pas mieux, i million de frustrés ont défilé à Paris contre le mariage gay. En Russie, si t’es gay, t’es emprisonné si t’embrasse ton chum ou ta blonde en public. Quand on connait les prisons russes, c’est vraiment pas une bonne nouvelle. Si t’ajoutes à ça l’Afrique pis l’Asie où à plein d’endroits t’as carrément droit à la peine de mort, ben, m’a t’dire ça va prendre encore un bon millénaire avant que ça soit à peu près comme tu pensais que c’était. Déprimant, mais bon, bravo à Ellen Page, c’est déjà ça de pris.

  5. Step by step a écrit

    Désolé, j’avais compris que ça te brassait qu’une fille comme Ellen Page ait des problèmes à être gay à Hollywood, donc aux States. Anyway, c’que je veux dire, c’est que les gens pour qui ce n’est pas un problème vivent dans des poches temporelles qui sont décalées par rapport à la réalité. Au quotidien, c’est jamais facile, Mtl compris, et Page l’a bien exprimé. Tant mieux si elle provoque des prises de conscience. C’est ça l’idée du coming out. Elle serait contente de lire ton texte.

  6. Dom a écrit

    Née en 1976, j’ai grandi avec un oncle homosexuel. Dans ma tête (et dans mon coeur), être obligé de faire un coming out quand on est gay pour se libérer de la pression est aussi absurde que de devoir en faire un pour annoncer son hétérosexualité. Pourquoi une orientation plus qu’une autre serait mal.
    Je trouve l’homophobie tellement absurde et tellement stupide que souvent je revire ça de bord en disant « tiens, moi j’vais être hétérophobe! ». Un est aussi insensé que l’autre pour moi.
    J’suis comme toi, ça me déçois de voir que nous ne sommes pas rendu plus loin que ça. J’espère que la génération après la notre, celle de ma fille à qui je répète depuis toute petite combien l’inégalité m’exaspère et m’attriste, saura se démarquer plus que la notre. Et qu’un jour, l’orientation de tous et chacun sera un sujet dont on se fout, parce que ça ne fait pas de différence.
    Utopie quand tu nous tiens !?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>