Le temps que ç’a pris avant de pouvoir te dire ça

« ON PASSE EN PROD!! »

Quand t’écris des séries, il y a à peu près 1000 étapes avant que ton projet se ramasse à l’écran pour vrai. Au tout début, tu dois commencer par avoir une idée que t’aimes et la développer assez pour que ce soit présentable à un producteur.

Si ledit producteur trippe sur ton idée, il peut te demander quelques modifs et ensuite t’offrir une option. Une fois que vous vous êtes entendus pour l’option, il doit maintenant penser à un diffuseur qui pourrait présenter (et surtout financer) la série.

Mais là, si t’es dans ma situation, ton nom de scénariste ne dit rien à personne parce que tu n’as pas (encore) quatorze séries à succès sur ton CV donc il faut qu’on te match avec un réalisateur hot ou un script-éditeur de renom qui pourra compenser pour ton nobodyisme. Une fois qu’on t’a bien packagé dans un début d’équipe, le producteur peut maintenant essayer de vendre le projet à un des très rares diffuseurs.

Quand tu trouves enfin un diffuseur qui aime assez ton projet pour t’envoyer en développement, t’es vraiment content parce que :

1- La compétition est vraiment forte faque c’est super difficile de s’y rendre.
2- C’est l’étape où tu commences à recevoir de l’argent pour l’écriture.

Mais même quand t’es en développement, ça ne veut toujours pas dire que le projet va se ramasser à l’écran. Au développement, tu développes (étonnant, je sais) encore plus. Tu définis plus ta série, ta saison et t’écris plus d’épisodes dialogués pour qu’on ait vraiment une bonne idée de ce que ça va donner.

Mais l’étape qui fait que ça va se faire pour vrai, c’est celle de la PRODUCTION. Et c’est cette étape-là que j’ai enfin franchi aujourd’hui!

Et je suis vraiment content.

Là, je n’ai pas le temps d’expliquer tout le travail et l’acharnement qu’il y a derrière ça, mais crime qu’il y’en a. Tellement de fois où je suis passé proche avec des « tout le monde trippait sur ton projet, mais… » où tu finis par juste retenir le « mais » qui repousse toujours ta réussite à plus tard.

Mais pour Oh My Lord!, tout s’est passé tellement vite!

Ça fait longtemps que je veux passer en production parce que c’est l’expérience qui me manque. En fait, ce projet-là, c’est l’expérience parfaite pour moi. C’est sûr que c’est une websérie avec des épisodes courts donc ce n’est pas encore Netflix ou HBO, mais pour moi, c’est vraiment le même trip à plus petite échelle. C’est exactement ma job de rêve, mais qui paye le loyer flush.

Comme je disais, je suis vraiment content.

En fait, même en écrivant tout ça pour essayer de t’expliquer un peu comment ça marche et ce que ça représente pour moi, je ne suis pas encore certain que ça arrive pour vrai. J’ai encore peur de me réveiller pis d’avoir rêvé tout ça. Mais bon, je suis pas mal sûr que c’est vrai. Sinon, ce post-là risque d’être weird.

9 thoughts to “Le temps que ç’a pris avant de pouvoir te dire ça”

  1. Ça fait longtemps que j’te lis. Depuis 2006. Taper « 1 » dans mon browser pour que le autocomplete embarque à 10putes.com fait partie de mon quotidien, pour voir si y’a un nouveau post.

    J’ai jamais laissé de commentaire.
    Ça fait très longtemps que j’attends de pouvoir te dire: FÉLICITATIONS !!!

  2. Yeah! Y a encore quelques vétérans qui commentent encore de la bonne vieille façon pré-Facebook! :) Merci et c’est vraiment cool de pouvoir dire ça à du monde qui me suit depuis longtemps. :)

  3. De la part d’une française qui suit le site en sous-marin depuis qques années maintenant ( vers 2011, Maïa Mazaurette parlait de VDLP sur le GQ français, alors de fil en aiguille… )

    Bref ! c’est vraiment cool de lire ça !
    déjà que je trouvais courageux de raconter les hauts et les bas du quotidien, mais alors pouvoir y lire une bonne nouvelle, c’est… rassurant, enthousiasmant, euphorisant (rien que ça)

    « you derserve it ! » hâte de lire la suite :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *