Trois semaines à vouloir dire que mon dernier blog post était marde

Ça fait plus de trois semaines que j’ai pas écrit ici et c’était suite à un texte que j’ai regretté dès le lendemain! Depuis ce temps-là, j’ai écrit au moins trois débuts de textes où j’expliquais pourquoi c’était de la marde, mais je n’ai jamais eu le temps d’en finir un. J’avais toujours un truc plus urgent qui m’en distrayait. Ou c’est juste que j’en avais écrit assez pour me défouler.

Je vais essayer d’exprimer ça, mais j’espère que t’es concentré. :)

C’est que 2017 a vraiment été une bonne année pour moi au niveau de ma carrière d’auteur. En fait, surtout comme scénariste, ce qui a toujours été mon réel objectif. Au cours de l’année, j’ai eu et j’ai encore la chance de montrer ce que je peux faire. J’apprends full. Je travaille sur des projets qui me drivent. Je côtoie des gens compétents et stimulants. Et ces micro-succès me donnent des chances sur des nouveaux projets. Et avec tous ces micro-succès vient une confiance qui était inexistante depuis un bout.

C’est frappant pour moi parce qu’avec cette confiance, je me retrouve. Je redeviens à l’aise avec ma personne, mes choix de vie, même mon corps! Et c’est weird considérant que ma carrière n’a aucun impact sur mon corps. Mais je m’assume juste mieux en général. Moi, mes différences et ce qu’il me faut pour être heureux.

Quand ma confiance est marde, comme ç’a souvent été le cas sur ce blogue, je remets tout en question. Surtout moi. Je m’en veux d’être moi. Je m’en veux de ne pas être plus comme les autres. Les autres qui ont l’air plus heureux.

Et c’est cave. Pas que c’est cave de se remettre en question ou de vouloir changer en s’inspirant des autres. Mais le bonheur est un truc hyper personnel. Il y a plein de gens dont j’envie le bonheur, mais je sais très bien que je ne serais pas heureux avec ce qu’ils ont. C’est une trail qui ne mène nulle part. Tout ça pour dire que…

Quand ma confiance est marde, je me sens brisé.
Quand ma confiance va bien, je me sens juste moi.

Bon, ma confiance n’est pas encore aussi stable qu’elle le devrait. J’ai encore des bas comme dans le dernier post où je redeviens vulnérable à me sentir poche et loser. Mais au cours des derniers mois, ça se construit assez bien pour que je remarque le changement et que je reprenne goût à voir la suite.

Aussi, ça me rend plus patient avec les autres trous qu’il me reste à combler. Comme là, il est 22h55 et je vais sûrement aller me coucher après ce texte. Ce n’est pas le vendredi rêvé qu’on se souhaite au début d’une longue fin de semaine. Mais c’est OK. J’ai quand même hâte à demain vu que j’ai des textes trippants à lire et à pimper.

Ahaha! J’ai tellement envie de choker une autre fois et de ne pas finir ce texte-là non plus. J’ai l’impression que personne ne va comprendre ce que je raconte. Pourtant, ce n’est pas si compliqué. Je peux te faire un court résumé : ma confiance n’est pas encore à un niveau idéal, mais elle est revenue à un niveau assez haut pour me rappeler qui je suis, qui je peux être et qui j’ai envie d’être pour vrai.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *