« Imagine si c’était ta fille. »

Dans les discussions de féminisme ou de culture du viol, j’ai toujours un malaise avec cet argument-là. Qu’on ait à expliquer à quelqu’un « imagine si c’était ta mère, ta soeur ou ta fille ». Comme s’il fallait être un parent proche pour réaliser que l’autre est un humain.

« Oh, une fille!? Cette espèce rare qui compte pour seulement 60% de la population depuis toujours? »

J’entend aussi un discours louche de la part de certains parents. « J’ai moi-même une fille de trois ans et demi faque… » Faque quoi? C’est ça qui t’a permis de réaliser que les filles étaient des humains? C’est ça qui t’a sensibilisé à ces enjeux-là? Ces valeurs-là comptent seulement si t’en as dans ta famille?

Je comprends pas. De toute façon, ce n’est même pas une question de traiter l’autre comme ta mère, ta cousine ou ta belle-soeur, c’est de traiter l’autre avec respect.

D’ailleurs, tu vas te rendre compte qu’en contexte de séduction, traiter l’autre avec respect, c’est pas mal plus agréable que de faire semblant que vous êtes parentés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *