Bonjour/hi

Dans ma journée de repos un peu vedge, j’ai lu un paquet de commentaires concernant le fameux « bonjour/hi » qui est rendu pas mal généralisé à Montréal. (Dans le Montréal où je vis, en tout cas.)
 
Ça m’a pas mal découragé parce que je lisais rarement des commentaires qui ressemblaient à ma position. J’ai vu plein de monde dire que c’est hot parce que le Canada est bilingue et bla bla bla, mais ce n’est pas le Canada qui est bilingue, c’est Montréal. Ton bonjour/hi, tu risques de l’attendre longtemps à Vancouver ou Toronto.
 
J’ai aussi vu beaucoup de monde qui voit l’anglais comme la langue evil de l’envahisseur canadien ou l’inverse avec plein de Québec-bashing sur les maudits Québécois intolérants qui chialent tout le temps pour rien. Quand les gens disent que ce combat pour la langue est dépassé, c’est cette vision/rivalité/partie-là du débat qui est particulièrement dépassée.
 
Le vrai combat moderne, ce n’est pas d’arriver à interdire ou à diaboliser l’anglais. Tout le monde devrait connaitre l’anglais en 2017. C’est la langue internationale. Le combat pour la langue au Québec, ce n’est pas d’avoir peur du bilinguisme individuel ou de la culture anglophone.
 
Le combat, c’est que le français demeure la langue d’usage au Québec.
 
Et la langue d’usage, ça ne veut pas dire que tout le monde soit en mesure de parler français si on les force à coup de lois ou de menaces. C’est que ce soit la langue par défaut un peu partout parce que c’est la langue dans laquelle la population se jase. Au travail, au centre d’achat, à l’école.
Encore là, ce n’est pas une question de virer fou parce qu’il existe un quartier anglo ou chinois ou de repartir un autre pasta gate ridicule.
 
Mais si à Montréal, les gens parlent seulement français parce qu’on les force et switchent à l’anglais dès que c’est possible, le combat est déjà perdu. Reste à déterminer si collectivement, c’est encore quelque chose que l’on trouve important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *