Est-ce que le ghosting s’incruste dans nos autres relations?

Sur Tinder, quand quelqu’un t’énerve, t’arrêtes de lui répondre. Tu l’effaces. Tu passes à autre chose sans trop te soucier de comment l’autre va prendre ça. Tu n’as pas envie d’y penser. Et ce n’est pas si asshole que ça parce qu’en début de faux amour, quand quelqu’un ne t’intéresse plus, il n’y a pas grand-chose à dire.

(Et il faut le dire, larguer quelqu’un en personne, c’est rough en crime.)

Sûrement qu’on se justifie aussi avec les fois où ça s’est mal passé. Tu ne veux pas que l’autre insiste ou t’insulte, alors t’essaies juste de disparaitre subtilement.

« No drama. »

Mais au-delà de la rupture tinderienne, j’ai l’impression que le phénomène se démocratise. Il y a tellement de gens qui ont le réflexe de fuir tout malaise possible.

Exemple super symbolique :

J’ai une amie Facebook qui habite l’autre bord de la planète et suite à un statut où je chialais sur mon iPhone 4, elle m’a écrit pour me dire qu’elle m’enverrait son vieux téléphone vu que je faisais pitié.

Trop cool! Après quelques semaines, je l’ai relancé pour savoir si elle l’avait envoyé parce que j’avais d’autres offres et elle m’a dit d’attendre un peu parce qu’elle devait le faire réparer. Pas de trouble! Je lui ai réécrit quelques jours plus tard pour savoir ce qui se passait, et elle ne m’a plus jamais répondu.

Et ça fait six mois!

Pendant un bout, j’ai même pensé que c’était un bogue Facebook ou qu’elle était juste occupée. Elle travaille par gros rush et tout. On se parlait une fois de temps en temps quand elle terminait ses shifts. C’était vraiment une cool fille et tout. J’ai fini par lui écrire via courriel et Instagram au cas où le problème serait Facebook, avant d’accepter l’idée qu’elle devait juste m’ignorer.

C’est mon guess, mais je n’en sais rien plusieurs mois plus tard! Et le pire, c’est qu’elle ne m’a pas unfriendé ou rien. Elle ne me répond juste plus. Elle me ghost, sauf qu’elle reste à côté. Elle like mes trucs de temps en temps. C’est spécial à vivre.

Et c’est ça qui est poche avec les conflits, c’est que tu files comme de la marde après. C’est pas cool quand tu tombes sur le nom de quelqu’un et que ça t’amène un feeling de marde. Le web empire vraiment ça où l’on dirait que les algorithmes font exprès pour toujours te ramener ces petits feeling de marde.

« Ah ouais, cette personne avec qui ç’a mal fini pour un truc ridicule. »

Est-il si tough de s’expliquer? De toute évidence, oui. C’est tough en crime. Ça demande de l’énergie et c’est pas confortable. Mais quand t’arrives à le faire, ça règle tellement d’affaires. Ça désamorce la tension poche. Ça renforce les liens. Et souvent, ça évite aussi les accrochages futurs parce que tu te comprends mieux.

Mais évidemment, pour être prêt à se rendre vulnérable et à s’ouvrir comme ça, il faut que t’estimes assez l’autre pour juger qu’il en vaut la peine.

One thought to “Est-ce que le ghosting s’incruste dans nos autres relations?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *