L’option A, l’option B…

On dit que t’es tanné de jaser d’indépendance, mais je n’y crois pas tant que ça. Il faudrait que tu me le dises. Peut-être que c’est un sujet trop lourd pour toi. Cette idée qu’on va finir par disparaitre.

Pas toi, évidemment. Toi tu ne disparaitra pas de toute ta vie, mais le Québec et le peuple qu’il représente, c’est inévitable. Il va finir par se dissoudre. C’est démographique.

Bon, encore deux mots un peu lourds : identité et démographie.

Avant, on pouvait séparer les nations plus facilement : les Canadiens-Anglais, les Canadiens-Français, les Amérindiens ou les Premières Nations. Maintenant, j’imagine que l’on peut simplement choisir de tous se voir comme Canadiens. Ça sonne rassembleur. Plein de peuples qui s’unissent dans ce beau projet commun. C’est inspirant, non?

C’est ce qu’on va appeler l’Option A. L’option qu’on a déjà choisi deux fois. Le statu quo.

Ce qui est dommage avec ça, c’est qu’il n’y a pas d’avenir pour les francophones dans l’option A. Est-ce que ça te dérange? Peut-être pas. La province de Québec peut exister sans ça. Il y a plein de gens pour qui ce n’est pas si important que ça. Les priorités sont ailleurs.

Comment se porte la création d’emploi?
Est-ce que le chômage est bas?
C’est mieux de parler d’économie, peu importe ce que ça signifie.

Mais la disparition des francophones dans ce modèle-là, elle est inévitable. Au cours des dernières années, le poids démographique du Québec a déjà diminué dans le Canada. C’est un peu abstrait parce qu’au quotidien, ça ne parait pas à moins d’y porter attention. Mais un petit signe de ça, c’est que les Conservateurs ont récemment été au pouvoir pendant 2-3 mandats sans avoir besoin du Québec.

C’était une première historique. Un truc qui était pratiquement impossible à accomplir lorsque le Québec représentait un Canadien sur quatre. Maintenant qu’on s’approche de représenter un Canadien sur 5, notre pouvoir politique baisse. Ce n’est pas que démographique, c’est démocratique.

Et ça ne va aller qu’en empirant. Pour plusieurs raisons. On est plus féministe que le reste du continent alors on fait moins d’enfants. On s’est débarrassé de l’emprise du clergé alors les femmes ne sont plus des pondeuses comme avant. Deux trucs positifs qui démontrent bien notre modernité, mais qui jouent contre nous d’un point de vue démographique. Sans oublier la vague des babyboomers qui est en train de s’essouffler.

En fait, une majorité de la croissance de la population actuelle est due à l’immigration. Et pour un immigrant qui débarque au pays, quelle appartenance risque-t-il de choisir à ton avis? À quelle culture va-t-il se greffer? Celle de la culture américaine omniprésente? Celle du Canada multiculturel? Celle de Montréal, la belle métropole bilingue? Celle du Québec francophone?

À moins de parler français avant même d’arriver, les chances de choisir l’anglais sont aussi immenses que compréhensibles. D’ailleurs, les immigrants qui choisissent le Québec demeurent déjà en très grande majorité à Montréal. Au niveau de la langue, on a des programmes de francisation qui sont un désastre, mais de toute façon, la plupart du temps, ce ne sont pas les immigrants de première génération qui apprennent la nouvelle langue du pays, ce sont leurs enfants.

La loi 101 a permis d’acheter du temps à ce niveau-là, mais elle n’est pas parfaite. Déjà, forcer les gens à parler le français, ce n’est pas vraiment ce qui rend les gens fiers de leur culture. La loi 101, c’est une loi de peuple en mode survie. Et c’est pour ça que l’option B, même si elle est toujours malmenée sans qu’on l’ait essayé, demeure toujours d’actualité.

C’est qu’avec un Québec indépendant, il y a plusieurs de ces problématiques qui se règlent :

– La chute démographique du Québec dans le Canada n’aurait plus d’importance d’un point de vue politique. Le Québec pourrait décider lui-même de toutes ses lois et de ses ententes.

– Les immigrants auraient maintenant un choix clair un Canada anglophone ou un Québec francophone.

– Les Québécois pourraient tous apprendre l’anglais sans craindre qu’elle devienne la langue d’usage.

Et tu sais quoi? On pourrait même cesser tous ces débats ridicules sur quelles valeurs représentent un vrai Québécois. En fait, je pense que ce sont plutôt ces discussions-là qui sont gossantes. Avec l’indépendance, on n’aurait plus à essayer de se protéger ou à essayer de se définir comme minorité qui aimerait survivre. On pourrait juste exister.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *