Mon vice caché

Vieillir, c’est chiant. Bravo si t’arrives à te convaincre que c’est un privilège, mais c’est pas cool pantoute. Surtout pour le corps. En gros, c’est « plus d’efforts pour moins de résultat ». Mais ce n’est pas de ça dont je voulais te parler.

Ce qui me dérange ces temps-ci, c’est le jugement relié à ce putain de chiffre.

Chaque fois que je partage mon âge, le monde est étonné, et je n’aime tellement pas ce feeling-là. Bon, tout le monde va dire que c’est cool de paraitre plus jeune et oui, je suis content pour ce bout-là de ma génétique, mais il y a quelque chose qui me dérange quand même.

Dans le « Ben voyons donc! » systématique qui survient juste après, j’ai l’impression qu’on change de grille d’analyse pour m’évaluer. C’est évident qu’une grosse partie de ce jugement-là vient de moi. Je vais avoir 41 ans le 23 juin.

Est-ce que je suis là où j’aimerais être pour un gars de 41 ans? Fuck non.

Je n’ai toujours pas de famille.
J’ai des dettes et des revenus ridicules.
Je rush à replacer mon corps dans une shape décente.
Ma carrière est encore très loin d’où je la voudrais.

Il est assez safe de présumer que si je m’étais fixé un objectif à 20 ans d’où j’aimerais en être avec ma vie rendu à 41 ans, je l’aurais air ballé solide. Je me rappelle de mes parents à cet âge-là. En fait, il n’y a pas beaucoup de points de comparaison avec d’autres personnes de cet âge où je me dis que je m’en sors bien pour le potentiel que j’ai.

Et c’est quand la discussion sort dans un contexte de travail que je freak le plus. C’est le même malaise que les humoristes doivent subir avec la fameuse « relève ». C’est plus cute de galérer en début de vingtaine. Plus tu vieillis, plus t’as peur qu’on se dise « bon, s’il avait eu à percer, ce serait déjà arrivé ».

Plus les gens sont surpris de mon âge, plus je m’inquiète. Ça me prend comme un espèce de rush d’insécurité pas cool et chaque fois, j’ai cette impression déplaisante qu’on vient de me découvrir un vice caché.

Pourtant, si on oublie mon corps de bouette, j’évolue encore full. Je travaille sur mes chroniques Victime de la porn ces temps-ci, et c’est évident que j’ai évolué depuis ce temps-là. D’ailleurs, j’étais aussi mal à l’aise avec mon âge dans ce temps-là. Je ne voulais pas qu’on sache que le gars qui écrit ça est déjà à la mi-trentaine.

Ça me rappelle quand on a demandé à Joanne Rowling de changer son nom pour J.K. Rowling pour que les petits gars soient plus à l’aise d’acheter des livres d’Harry Potter. Mon âge n’est pas vendeur. Il n’est pas marketing. Il n’est pas séduisant.

D’ailleurs, sur les trucs de rencontre, je me sentais déjà invisible à 40 ans. 41 ans risque d’être encore pire. Présentement, il y a quand même plein de femmes qui cherchent un homme entre 25 et 40, mais là, je vais tomber dans le groupe qui va jusqu’à cinquante? Ouf…

Vieillir est un privilège, right? Ouais. Full.

2 thoughts to “Mon vice caché”

  1. pouhaha j’adoore j’ai commencer par
    la vie est une pute suivi de ca
    je ne met ni ponctuation ni accent et je n’accorde pas mes
    participes passés parce que j’m’en calice
    pourtant si un homme me fait ça j’avoue que je le juge ! mystère
    j’ai bien ri merci

  2. undi, 4 juin 2018 à 23h36
    pouhaha j’adoore j’ai commencer par
    la vie est une pute suivi de ca
    je ne met ni ponctuation ni accent et je n’accorde pas mes
    participes passés parce que j’m’en calice
    pourtant si un homme me fait ça j’avoue que je le juge ! mystère
    j’ai bien ri merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *