J’aurais dû aller à Amos

En passant mes journées tout seul, j’accumule depuis un bout et mon cerveau flasque baigne dans la sueur de mes cheveux, alors je sais pas ce que ça va donner. Je pourrais bien l’échapper.

À la mi-juin, j’ai décidé que j’allais changer de mode de vie prochainement. Je me suis donné 2 semaines pour closer le plus trucs possible dans ma présente vie et… quel flop.

Cette putain de canicule commence vraiment à me faire chier. Je voulais continuer ma remise en forme, mais c’est impossible de m’entrainer sans me taper une embolie cérébrale.  Je dois toujours être dans des cafés qui me coûtent de l’argent que je n’ai pas. Et bien sûr, je ne dors pas. Rien pour être productif. Et là, je viens de voir que ça allait durer encore au moins jusqu’à jeudi!??!??

Sincèrement, je ne sais pas comment je vais faire pour survivre. Ma patience est dangereusement backorder.

Au niveau professionnel, tout est constamment repoussé. Toutes des petites affaires qui ne me dérangeraient pas tant en temps normal, mais on dirait que plus que je suis pressé, moins les autres le sont. Et je pense que le plus frustrant, c’est que j’attends toujours après du monde en vacances.

Mes parents sont passés me voir pour ma fête et je regrette de ne pas les avoir accompagné pour aller faire un tour à Amos. Bon, il fait chaud là-bas aussi, mais au moins, j’aurais pas trop besoin de ma tête. Je préférais repousser ce voyage-là à plus tard (encore) parce que je ne me sens pas bien ces temps-ci. (Ça parait-tu?) Je me suis rarement senti aussi mal dans ma peau, et s’il y a une constante dans ma vie, c’est qu’elle est décevante.

Le cerveau et le corps mous.

Le changement de vie dont je parlais est un move temporaire de quelques mois. J’ai fini par faire ce que je ne voulais jamais faire : un retour en informatique. *musique dramatique*

Juste un ou deux contrats le temps de me remettre au niveau côté argent. Au-delà de la blessure d’égo, le move n’est pas si difficile que ça. C’est juste la recherche de job qui ne me tente pas, mais au moins, c’est TRÈS payant et il y a de la demande.

Le plus compliqué sera d’expliquer ça des deux côtés. Dans ma vie artistique, je vais expliquer que je serai moins disponible pour quelques mois, mais préciser que j’existe et que j’écris encore.

Dans ma vie de programmeur, je vais devoir être convaincant que je suis encore compétent après plusieurs années off. Ça ne m’inquiète pas du tout, mais ça doit être moins vendeur en entrevue que quelqu’un qui a ça comme seule passion depuis toujours.

Un LinkedIn de Scénariste + consultant informatique, ça doit bien pouvoir se faire, non? Même si on aime bien placer le monde dans une case.

Au moins, c’est un plan avec lequel je replace rapidement ma situation financière. Je ne suis plus capable de ces options à 13$ de l’heure qui ne m’avance absolument à rien. Ça ne me laisse pas le temps d’écrire et ça me garde tout aussi endetté. Ça sert à quoi? Ne pas faire faillite? Tant qu’à passer une vie à ne juste pas faire faillite, aussi bien d’aller me pendre dans un cabanon.

J’ai commencé à travailler à 13 ans à 14$ de l’heure. Pour aller en bas de ça quelques décennies plus tard, il faudrait que j’y trouve gravement mon compte.

Là, je vais y aller pour la criss d’argent. Je vais régler mes dettes en un temps record. Je vais m’acheter des ostie de lunette qu’on voit dedans. Un laptop avec la rangée qwerty qui ne lâche pas. Des palettes pas cassées. Je vais m’abonner à des vrais activités physiques le fun au lieu de me faire chier à essayer de m’entrainer tout seul dans ma petite criss de chambre. Je vais peut-être même me greyer d’un air climatisé comme un adulte.

Je pourrai même enfin arrêter les ostie d’antidéps qui me rendent aussi fat que plate.

Rendu là, on ne sait pas. Je vais peut-être passer drette et y aller à fond dans le capitalisme.  M’acheter un putain de punching bag et me mettre à porter des complets pour donner l’impression à tlm que je suis qqn. Changer d’iPhone aux trois mois, couper mes cheveux aux trois semaines. Payer Hydro pour les 20 prochaines années pour qu’ils me calicent patience. Devenir sugar daddy de 2-3 pitounes douées dans l’art de me faire accroire que je ne vieillis pas.

Criss que je vais être heureux rendu là. Je vais te payer un drink avec mon sourire de fuck you money, pis t’en reviendras juste pas de combien tu m’apprécies. Le vois-tu arriver toute c’te bonheur-là? Ça fait peur.

2 thoughts to “J’aurais dû aller à Amos”

  1. Ce n’est peut-être pas incompatible de faire les 2 en fait…. Je connais 2 personnes qui utilise leur talent en programmation pour voyager et travailler à distance…. Maintenant, il ne trip pas programmation, mais en même temps ils n’ont rien contre… ils balancent ça entre voyage de surf, et se dise que c’est cool de pouvoir travailler de partout. J’ai aussi un ami qui fais de la traduction qui s’est payé un tour du monde sur 2 ans en gardant ses clients…

    Je ne connais pas assez le monde de l’écriture/scénarisation pour savoir ce qui est possible… Mais j’ai tendance à penser que si tu es talentueux en programmation, tu pourras choisir tes contrats et les faire à ton rythme… Avoir un emploi qui permet de bien vivre, même si cette emploi n’est pas notre passion est pas une mauvaise chose, surtout si tu peux exercer ta passion en parallèle… Rien n’est blanc ou noir.

    Bon je suis conscient que chaque situation est unique… mais perso, je n’ai pas le sentiment que ton retour à la programmation est un retour en arrière, car si tu es en contrat, tu pourrais faire les 2….

    Combien d’acteurs ont des jobs alimentaires dans la restauration par exemple….? Et certain aiment beaucoup ça en fait…

    My 2 cents…. jte souhaite de te remettre à flot rapidement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *