L’égalité, la diversité et le retour du balancier

En revenant du cinéma, je suis tombé sur deux nouvelles artistiques qui avaient un certain lien ensemble.

1. Le regroupement Stella se réjouissait que Scarlett Johansson ait lâché son rôle où elle devait interpréter une trans.

2. Joss Whedon annonçait un nouveau show de science-fiction, et le premier commentaire demandait de le remplacer par une femme.

Avec la semaine intense qu’on vient de vivre avec le cas SLAV, ça ne prend pas une maitrise en sociologie pour remarquer une certaine tendance.

Une tendance qui est loin d’être parfaite, mais plus que nécessaire. Bon, pour le cas de SLAV, on a dit un peu tout ce qu’il y avait à dire. Je n’ai jamais compris pourquoi on n’avait pas cru bon d’engager plus d’interprètes noirs, et on n’a jamais vraiment eu de bonnes réponses.

Bref, c’est une revendication qui se défendait très bien. Quand on parlait que Lepage est blanc et que le monde dans la salle étaient blanc, je trippais moins, mais pour les interprètes, je trouve que c’est un débat légitime et je trouvais à propos qu’on soulève la question.

Pour le cas de Scarlett et du personnage trans, en partant, je la comprends d’avoir sacré ça là parce qu’elle n’a pas besoin d’une controverse du genre. Elle peut avoir tous les rôles qu’elle veut et c’est sûrement beaucoup plus simple de passer au projet suivant.

Je comprends aussi le public et les militants de revendiquer un comédien trans parce qu’on en connait à peu près zéro et on ne leur donne pas beaucoup de rôle. Là, le film devient un symbole fort pour placer un acteur trans dans un film d’envergure. C’est plein de bon sens.

Cela dit, j’espère que les revendicateurs vont aller voir le film parce qu’en perdant Scarlett, le film va aussi perdre beaucoup en importance. Scarlett n’est pas seulement engagée parce qu’elle est belle et douée, c’est aussi un des rares gros noms dans une industrie où c’est extrêmement difficile de faire parler de son film.

Si on met Scarlett sur autant de projets, c’est parce qu’elle vend. Est-ce que le remplaçant trans va autant attirer? Espérons-le. Il  faut bien commencer quelque part. Mais c’est une des raisons pourquoi les changements prennent autant de temps à arriver. Quand c’est toi qui investit 20 millions de dollars sur un film, t’as moins le goût du risque. Quand on te dit qu’on va remplacer Scarlett par un inconnu, ça doit tester tes principes pour vrai. Disons que c’est le genre de changement qui s’effectue plus facilement dans un système comme au Canada où c’est l’argent public qui est en jeu.

Mais le cas décourageant, c’est la série de Joss Whedon. Le gars revient en télé après 15 ans. Il décide de créer une série de science-fiction mettant en vedette un groupe de femmes. Qu’est-ce qu’on dit en commentaire?

« Hey, HBO! Engage une femme pour les séries de femme! »

C’est là que je trouve que le retour du balancier est peut-être un peu croche. Est-ce que c’est vraiment vers un système comme ça qu’on veut aller? Un système où un gars écrit des séries de gars joués par des gars, une fille écrit des séries de fille joués par des filles, un blanc écrit une série de blanc joué par des blancs?

J’espère que non.

Ce qu’on devrait souhaiter, c’est de la diversité. Bien sûr, comme je disais, une des rares fois où il y a un rôle trans d’envergure, ce serait l’fun d’engager un trans pour passer un message. Quand on parle d’esclavage dans une ère où on se plaint constamment qu’il manque de diversité au Québec, ce serait un méchant bon moment pour engager des interprètes noirs.

Et il y a plein d’autres exemples cool.

Engager une femme pour réaliser Wonder Woman, c’était super cool (et ç’a scoré fort). La série Atlanta est une des premières séries à vraiment dépeindre la réalité des noirs par des noirs et pour les noirs et le writers room est composé que de noirs. Two thumbs up! La 2e saison de Jessica Jones était aussi écrite et réalisée par des femmes.

Ce sont des cool statements à faire.

Ce sont des premières qui ont pris trop de temps à arriver, mais l’objectif, ce n’est pas d’en arriver à ce que les noirs écrivent pour les noirs, que les hétéros écrivent pour les hétéros et que les petits écrivent pour les petits. Si on s’enferme dans des silos comme ça, ça va vite devenir ridicule et on va tous y perdre.

Est-ce qu’on va interdire à une femme d’écrire un film avec un personnage gars? Justement, la websérie que j’ai écrite l’année passée était une histoire de béguin semi-lesbien entre deux jeunes femmes. Est-ce que j’avais le droit de proposer une série comme ça? Est-ce qu’on aurait dû me tasser rendu à l’écriture? Est-ce que j’aurais dû proposer un truc de gars pour être sûr de ne pas perdre ma job? J’en ai des projets qu’on pourrait qualifié de « projets de gars », mais je n’ai pas que ça. Tout n’est pas si binaire. Mon nouveau film, c’est sur une combattante MMA. Je ne suis pas une femme et je ne me suis jamais battu de ma vie, mais j’espère que ce genre de truc peut encore exister.

Évidemment, quand le résultat est poche, on peut toujours être critique sur les choix de la production. Mais dans le cas de Joss Whedon, c’est un créateur qui amène son projet à lui qui s’adonne à mettre en vedette des femmes. Ce n’est pas HBO qui a demandé un show sur la réalité des femmes. J’ai peur qu’on confonde un peu tout.

J’espère qu’on veut encore que JK Rowling puisse écrire des Harry Potter ou que Sofia Coppola écrive des Lost in translation ou que Ryan Coogler fasse les huit prochains Rocky.

Encore une fois : l’objectif à atteindre, c’est la diversité. Pas des silos.

Sans compter qu’en télé, les writers room (lorsqu’elles sont diversifiées) permettent qu’une multitude de points de vue soient représentés autour de la table. Bon, au Québec, les writers room ne sont pas encore arrivées parce qu’on est resté dans notre vieux statu quo où un seul auteur doit tout écrire tout seul, mais ça, c’est un autre débat.

Peut-être que la vague de changement arrivera à nous faire évoluer un peu là-dessus aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *