Les élections qui s’en viennent…

Les élections s’en viennent cet automne. Est-ce que ça enthousiasme quelqu’un ? J’entends des spécialistes trouver rafraichissant que pour la première fois, notre bipartisme sera axé sur autre chose que la souveraineté. Cette fois, on aura le choix entre le PLQ et la CAQ.

C’est de ça dont se privait tout ce temps-là? On serait nostalgique à moins. Crime qu’ils vont répéter souvent combien les priorités sont la santé et l’économie. Mais ça représente quoi, au juste, la santé et l’économie? Est-ce un plan de société? Une vision d’avenir?

Chaque élection, on nous répète que l’économie est une priorité, et pourtant, personne ne se soucie jamais des paradis fiscaux. Collectivement, on l’a comme accepté. On n’en parle plus.

Cette semaine, il était question des tarifs par enfant en garderie et comme toujours, c’était la question à savoir si tout le monde devrait payer le même prix ou si on devrait moduler les tarifs en fonction de la capacité de payer. Perso, j’ai toujours été de l’école de pensée que les riches paient déjà plus d’impôt alors ils devraient profiter du même tarif que tout le monde, mais quand les plus privilégiés ont des options légales pour placer leur argent ailleurs et payer fuck all d’impôt, ce système-là sacre le camp.

Mais bon, l’évasion fiscale, c’est trop compliqué pour le peuple alors on vote pour celui qui répète le mot économie le plus souvent. On place notre indignation sur des trucs plus simples qui restent à notre portée. On peut capoter sur un jeu de mots déplacé d’une vedette sur Twitter. On se fait accroire le temps d’un été que Robert Lepage est un suprémaciste blanc. On peut même placer Marissal dans le comté de Lisée pour le lol. On peut aussi essayer de dire que tous les adversaires du PLQ sont l’équivalent de Trump d’une quelconque manière. En fait, l’indépendance, c’est pas mal juste un trip de xénophobe, right?

Et quand les journalistes parlent aux politiciens, de quoi parle-t-il? Des sondages. Parle-nous de ta place dans le sondage. Comment explique-tu le dernier sondage? Qu’est-ce que tu vas faire pour bouger dans le sondage? Et à force de juste focusser sur l’ordre des quatre premiers, on semble oublier que même à 35%, il y a 65% du monde qui ne vote pas pour toi. Pis ça, c’est en comptant juste le monde qui vote encore.

Tous les partis essaient de représenter le changement. Mais c’est quoi, représenter le changement? Un vieux parti avec du nouveau monde? Un nouveau parti paqueté de has-been? Un parti qui a des porte-paroles au lieu d’un chef? Un parti avec un logo tout neuf? Un parti qui score fort chez les jeunes?

C’est comme si les idées étaient le dernier des facteurs pour évaluer ça.

Est-ce que les idées sont modernes? Progressistes? Avant-gardistes? Nonon, on veut incarner le changement. Être jeune et nouveau! Au lieu d’essayer de proposer un projet de société et convaincre le monde qui de ce qui serait dans l’intérêt collectif, on propose ce que le monde répond au sondeur au téléphone. Pis ça donne ce que ça donne.

L’économie pis la santé.

2 thoughts to “Les élections qui s’en viennent…”

  1. QUOI a tu oublier l’enjeu crucial qu’est l’éducation!? Riennnn n’est plus important aux quatre ans que l’éducation! Les enfants sont tellement la priorité, c’est l’avenir, notre fleuron! Mais juste le primaire la, parce que après bof… progressivement ça deviens moins important. Tristesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *