Saloperies

Tantôt, je… flirtais fort (par écrit) avec une fille. Ça faisait longtemps je n’avais pas fait ça. Ça m’a rappelé des trucs, une partie de moi qui est (était?) un peu morte. Ou que j’ai oublié. Ça m’a permis de comprendre pourquoi je n’ai pas écrit de nouvelles depuis si longtemps. Ce qui est grisant, c’est la connection avec la fille. C’est ça qui amène du precum. Avoir une cible intéressante. Sinon, écrire une histoire pour écrire une histoire, c’est… différent. Les autres nouvelles, celles qui étaient l’fun à écrire, elles avaient toujours à la base, un public bien précis, et surtout, bien restreint.

Rêves insistants

(NSFW)

Des fois, je m’ennuie du temps où j’étais sur les antidéps et que ma période de rêve était à peu près inexistante. De ce temps-là, je rêve à beaucoup trop de filles dans beaucoup trop de positions. Sans vouloir faire de jeu de mots cheesy (ok peut-être un peu), les réveils sont durs.

J’ai arrêté d’écrire des courriels à celles qui y passent vu que ça s’en vient indécent. D’habitude, c’est juste marrant mais là, surtout avec les récurrentes, ça fait intense. Ma tête mélange toujours quelques pornstars à tout ça, ça finit par travailler.

Dans le rêve, je suis presque toujours assis alors que la fille bounce en position cowgirl renversée avec les cuisses collées. Influence certaine de la porn, plus précisément de ça. Est-ce que j’ai besoin de mentionner que le lien mène à de la porn explicite?

Ça me hante. Pourtant, j’ai plein d’envies de monogamie. Peut-être que c’est trop tôt? C’est vrai qu’à la base, pour la monogamie, il est préférable d’être amoureux. Il ne me manque que ça! Du big big love, une fille charmante (avec un cul de Cubaine), pis ça y’est : je suis heureux pour la vie.

(Mes posts quand je suis fatigué, c’est vraiment n’importe quoi.)