Aujourd’hui, c’est la journée où l’on traite les Québécois de racistes

Il fallait s’y attendre et il faut dire qu’il y a plusieurs commentaires qui leur donnent raison. Des propos racistes de gens stupides et racistes, il en pleut un peu partout dans les commentaires de tous les médias. Ce qui me dérange, c’est qu’alors qu’on propose une loi qui fait reculer l’importance qu’on accorde aux droits individuels de religion, la seule raison que l’on trouve pour l’expliquer, c’est par racisme.

Je comprends qu’il y aurait un problème si l’on ciblait une religion en particulier. Ça peut vite rappeler la discrimination qu’ont vécu les juifs et plusieurs ont raison de dénoncer les parallèles avec les musulmans qu’on retrouve souvent en 2019. Sauf que viser les religions dans leur ensemble, est-ce encore explicable que par du racisme?

Je comprends que c’est efficace de traiter tout le monde de raciste. Ça établit tout de suite le camp des gentils et le camp des méchants. On gagne tout de suite le débat. Mais n’y a-t-il pas un moment dans notre histoire où l’on cessera d’accorder autant d’importance à des croyances d’une autre époque? Où l’on arrêtera de normaliser et d’accorder autant de respect à des sectes aux valeurs désuètes?

Je comprends que mon mépris des religions, ce n’est pas la vision la plus tolérante du monde et je perdrais sûrement mes élections, mais ça n’a rien à voir avec du racisme. Je n’éprouve aucune haine ou aucune peur face aux croyants ou à la fameuse différence. Ça ressemble plus à quelqu’un qui dénoncerait une arnaque pyramidale. J’aimerais seulement qu’en tant que société, on arrête de normaliser ces comportements que l’on continue de propager de génération en génération par automatisme et à des âges où l’on n’a pas encore le sens critique pour avoir une chance de s’en protéger.

Est-ce que ça brime certains droits individuels? On peut en discuter. Est-ce que c’est motivé par du racisme? Non. Ça n’a rien à voir.

Je le savais que c’était risqué

J’ai été passé une semaine dans ma ville natale pour la première fois en deux-trois ans.

Ça ne me tentait pas parce que je n’aime pas où je suis dans ma vie en ce moment et ça me donne l’impression de faire une tournée d’humiliation, mais je pouvais difficilement ne pas y aller. Déjà, mon psy m’aurait encouragé à y aller, j’avais un lift, et c’était l’occasion de rencontrer mon ami dentiste. S’il y a du positif dans cette semaine, c’est que j’ai enfin réglé ma dent de sagesse pis ma palette cassée. Il reste que je déteste retourner voir mes amis et la famille alors que je ne vais pas bien. C’est pour ça que j’avais repoussé depuis aussi longtemps. J’essaie d’avoir l’air solide pour qu’ils gardent un bon souvenir de moi, mais en même temps, je me sens off, hypocrite et j’ai ce feeling de honte qui est si lourd. Je passe des bons moments, mais ça me rattrape le soir quand la fatigue s’installe.

Comme maintenant.

On part dans quelques heures et je n’ai juste plus de force. Je l’ai sûrement dit 10 000 fois dans les dernières années, mais je suis tanné d’être le gars qui file mal. C’est humiliant. Le pire, c’est quand je me mets à paranoyer. Je second-guess chaque discussion que j’ai eue en me demandant si mes amis me jugeaient autant que moi.

Même si j’essaie de me convaincre que la fatigue joue sur tout ça, le doute me fait tellement mal. Je suis juste à bout. Il ne me reste qu’à tenir encore quelques heures pour ne pas pleurer ma vie avant le temps, mais c’est vraiment lourd.

Aux garçons en colère contre Captain Marvel

Petit mot aux garçons en colère qui n’iront pas voir Captain Marvel parce qu’ils veulent passer un message à Marvel de ne pas mettre de politique dans leurs films :

Des messages politiques, il y en a dans TOUS les films de la série. (OK, à part peut-être Ant-Man qui a autant de contenu qu’un Coke zéro.) Mais Iron Man a commencé la série en jasant de la responsabilité des fabricants d’armes, Black Panther inversait pour une trop rare fois la situation géopolitique de (notre perception de?) l’Afrique. Et est-ce que j’ai besoin de t’expliquer à quel point les Captain America ou Infinity War sont éminemment politiques?

Ce qui te dérange, en fait, ce ne sont pas les messages politiques, ce qui te dérange, ce sont les messages politiques qui ne vont pas dans le sens de tes valeurs. Genre, si Tony Stark disait qu’il veut Make America Great Again, tu le sais que tu banderais tout de suite. Mais là, c’est un message plus féministe qui t’empower moins toi et plus les filles.

Ce qui te dérange avec Captain Marvel, c’est que c’est ENCORE une femme qui va se ramasser le personnage le plus puissant. Après Rey dans Star Wars, ça fait déjà DEUX fois que Disney te fait le coup et c’est pas facile.

Et ça, ça se dit. Genre, « quand ce ne sont pas des hommes qui dominent dans les films, ça m’émascule dans mes culottes. » C’est OK. On a tous nos insécurités. C’est sûr que ça fait moins cool que de dire « fuck les messages politiques dans les films! », mais au moins, c’est honnête.

Courrier du coeur

J’ai eu un commentaire intéressant ce matin et vu que pu personne check ça, des commentaires de blogue, j’ai décidé d’en faire un post.

Sous ce post-ci, Eve a écrit :

J’ai quasiment binge-read tes dernières chroniques parce que j’adorais te lire dans VDLP. Ce qui me frappe, c’est que tu ramènes tout à toi dans ces dernières dates. Je n’ai pas l’impression que tu faisais une introspection profonde de ce qui se passe ou s’est passé… D’ailleurs, si elle a trouvé que tu ne semblais pas intéressé et que tu n’en parlais que de toi, que tu ne lui as pas posé de questions à son sujet… t’est-il venu à l’idée que peut-être c’est vrai? Que peut-être tu n’es pas une victime du modern dating, qu’il n’y a pas de victimes en fait ? Que c’est juste ainsi, que ça ne clique pas tout le temps que des fois on s’imagine des choses qui ne sont pas… Les troubles de la personnalité narcissique sont multiples et ça envahi TOUTES les sphères de ta vie. Donc, même si ce n’était pas dans « ton plan de match », ça a l’air d’avoir clairement pris le dessus… Anyways. Good luck and take care!

Commentaire d’Eve, ce matin.

D’abord, j’espère qu’on réalise qu’ici, c’est un blogue personnel où le concept est un peu de tout ramener à moi pour exprimer mes émotions contrairement à VDLP ou à une date. Mais cela dit, Eve a partiellement raison. Dans mon dernier texte où je chiale que je n’ai pas été narcissique, je me remets pas beaucoup en question et je suis beaucoup dans l’émotion. Clairement, c’était difficile pour moi. D’ailleurs, mon état d’esprit a changé depuis et ce texte m’énerve depuis quelques jours. Mais pas exactement comme Eve semble le dire.

Le fait est : la fille a ressenti des trucs et j’aurais pu mieux gérer ça. Je m’en veux pour ça. Par exemple, la fille dit que j’ai zéro souri en arrivant et que j’avais pas l’air content de la rencontrer. Moi, je sais que j’étais super content. Ce n’est pas un débat, ça. C’est incontestable. Je n’ai jamais été aussi content dans la dernière année, genre. Mais de toute évidence, je n’ai pas eu l’air d’être content d’être là. Donc, oui, je peux déduire que c’est juste que ça n’a pas cliqué et me dire que je devrais passer à autre chose sans me victimiser, mais je peux aussi me plaindre des perceptions et je pense que c’est légitime. Être rejeté pour ce que je suis, c’est dur mais je peux vivre avec. Être rejeté parce qu’on s’est mal compris, c’est plus dur à prendre. Surtout pour quelqu’un comme moi pour qui ces chances sont très rares. Dans ma tête, je sais ce que je pensais, mais clairement, j’aurais pu mieux gérer ce que je projetais et mieux le communiquer. C’est sûr que la gêne, la nervosité, les médicaments et le manque d’expérience ont joué un rôle. Mais dans l’absolu, j’ai été poche et c’est de ma faute. Genre, j’aurais dû lui demander des questions sur elle pour qu’elle ressente bien que je m’intéresse à elle. Et by the way, j’ai de petites tendances narcissiques, je ne suis pas full-on supra narcissique comme ton commentaire semble le projeter. D’ailleurs, ça aussi, j’aurais dû mieux l’exprimer dans mes textes parce que je fais comme si j’avais un diagnostique de narcissique alors que ce n’est pas du tout le cas. Encore une fois, c’est mon erreur, mais encore une fois, j’essaie de m’exprimer pour rectifier les choses et être mieux compris. Et j’espère que ça marche.

En écoutant Break it down again de Tears for Fears

Break it down again – Tears for Fears – 1993

J’ai écrit un texte assez sombre sur mon Facebook dimanche et quelques personnes m’ont écrit. D’abord, merci pour ça. Même si mes réponses étaient pas mal courtes parce que je ne filais pas tant pour échanger, j’ai apprécié.

Ma vie compte pas mal de frustrations ces temps-ci et je le vomis de temps en temps. J’aime pas ça parce que des fois j’ai l’impression que je vais toujours être ce crime de gars-là et ça me gosse.

J’aimerais que ma vie ressemble à un film de Woody Allen. T’sais, le Woody d’avant qu’on connaisse ses histoires horribles avec des mineures. D’ailleurs, ça me fuck, ces histoires. Ces idoles qui occupent une grande partie de mon identité et qui finissent par être des poubelles.

En même temps, ça me rend reconnaissant d’avoir des trips sexuels conventionnels. Genre une vraie adulte belle qui ne fait pas partie de ma famille, moi ça me satisfait full. Si on s’énarve, ça peut aller aux claques sur les fesses ou au tirage de cheveux, mais rien qui implique une fille adoptive.

Basic sex.

Mais ce que je voulais dire, c’est qu’à l’apogée de la carrière de Allen, je sentais qu’il y avait une place pour le writer insécure avec une gueule bof. Bon, c’est de la fiction tu vas me dire, mais même dans la réalité, savais-tu que Allen avait 42 ans quand Annie Hall est sorti?

C’est motivant.

Dans un monde où t’es invisible sur les apps de rencontre à partir de 35 ans, ça rend nostalgique. D’ailleurs, j’ai binge-bumblé en fin de semaine et ç’a sûrement contribué à mon état. Je me suis rendu compte que mon principal critère quand je regarde les fiches et que j’essaie de voir si je fitte avec la fille, c’est de me l’imaginer sur moi en position cowgirl.

Queen of dragons

L’idée que je me fais de cette image-là m’en dit beaucoup, j’ai l’impression. T’es par devant alors il y a de l’intimité et j’essaie de déterminer si ce serait cool ou si l’autre aurait l’air trop madame, trop straight, trop clown. (Ahah!)

Quand j’arrive à me faire une image cool, je swipe right. Ensuite, eh bien… j’attends la prochaine saison de Game of Thrones.

Le narcissisme de cruise

Je me considère personnellement comme un « narcissique conscient ». Bon, je ne suis pas le premier artiste à être narcissique, mais au moins, j’ai assez fait d’introspection et de thérapie pour en être conscient. Genre, je continue à parler de moi, mais je m’en rends assez compte pour m’énarver.

Cela dit, s’il y a un moment où je ne suis PAS narcissique, c’est lors d’une première date. N’importe qui ayant lu trois chroniques de dating dans sa vie sait que c’est LE reproche #1 dans toutes les listes : le gars ne s’intéresse pas à la fille et ne cesse de parler de lui.

Et là, je ne sais pas si tu l’as déjà deviné, mais je parle de ça parce qu’on vient de me faire ce reproche-là et je suis TELLEMENT PAS D’ACCORD! AAAAAARGH!!!

De un parce que la discussion a commencé avec 15 minutes où l’on a jasé de sa job à elle, mais surtout, parce qu’on n’a juste JAMAIS PARLÉÉ DE MOI FUCK ALL!

Si on me dit que j’aurais dû lui poser plus de questions pour démontrer mon intérêt, je serais d’accord. Clairement, ç’aurait été cool de mieux projeter ça, mais ce qui m’enrage, c’est qu’elle déduise que je n’étais pas intéressé à la connaitre alors que c’est totalement le contraire. Jaser de sujets intéressants, je trouve vraiment que c’est la meilleure façon de voir comment quelqu’un pense, et qu’est-ce qui peut être plus pertinent que ça?

Comme je disais, je sais que j’ai des tendances narcissiques. Si tu me laisses aller, je peux te jaser de moi pendant des heures. Je pourrais aussi nommer des relations que j’ai qui sont clairement débalancées parce qu’on parle beaucoup plus de moi que de l’autre.

J’essaie fort de voir mes fucks, sauf que comme je disais, ce n’était pas le cas cette fois-là, parce qu’on n’a jamais jasé de moi! Et ça, j’en suis certain parce que c’était dans le plan de match!

Mon psy me gosse toujours parce qu’il juge que je me sabote en ouvrant mon jeu trop vite lors d’une première rencontre. Cette fois-là, vu que j’avais vu dans cette fille-là un potentiel rare, j’ai voulu éviter ça à tout prix et opter pour ses recommandations. Pas trop y aller deep sur moi, mais plutôt d’être présent et de suivre la conversation de façon organique. Juste une discussion normale et qu’on apprenne à se connaitre tranquillement comme ça. C’est juste une première rencontre, après tout.

Pis là je me ramasse avec ce reproche de marde là! Argh!

Si elle m’avait demandé la moindre question sur moi, c’est sûr que je l’aurais relancé avec la même question, mais ce n’est jamais arrivé!

C’est tu un peu tranquille comme première date? Oui. Est-ce que j’ajusterais des trucs si c’était à refaire? Oui. C’est tu un manque d’intérêt envers l’autre? Non!

T’sais, j’ai longtemps eu des dates avec des lectrices où c’était débalancé. La fille s’intéresse à mes trucs alors on parle de moi beaucoup et quand tu retombes avec une non-lectrice, ça parait parce que tu n’as plus autant le spotlight.

Je pense que c’est ça qui est arrivé. Dans ses dates habituelles, la fille est habituée d’avoir le spotlight alors que là, le spotlight était sur personne. C’était juste une discussion entre deux personnes qui se connaissent pas. Et là, je file cheap de même avoir apprécié cette putain de conversation!

Et me faire le coup du narcissique… Argh! C’est siiii injuste! Et un total double standard. Un gars qui ne pose pas de questions à une fille lors d’une date, c’est un narcissique fini. Une fille qui ne pose pas de questions à un gars lors d’une date, c’est… une fille qui attend qu’on lui pose des questions.

J’ai tellement confirmé ça souvent sur les apps. Si je ne pose pas de questions, il n’y en a juste pas. Et ce n’était pas différent avec elle.

De toute façon, apprendre à connaitre quelqu’un, ce n’est pas de lui demander sa putain de couleur préférée. Les questions, c’est souvent juste des prétextes pour faire parler l’autre et voir comment il pense. Ce qui m’intéresse, c’est ça. Pas son CV ou des questions génériques de player qui roule à trois dates par semaine.

D’ailleurs, elle s’attendait clairement à un top charmeur vu que j’ai un bouquin et que je suis dans la quarantaine, mais ironiquement, C’EST SI MAL ME CONNAITRE!

Pas que je sois dépourvu de tout charme, hein! (Il y a des limites à me second guesser et m’autoflageller.) Mais ce côté-là de moi, il ressort seulement quand je suis en confiance avec quelqu’un. Et pour se rendre là, ça demande… de l’intérêt.