Le tchendoh du futur

(une bonne pratique pour parler à la troisième personne malhabilement sous différents temps de verbe)

Version artiste

Le tchendoh du futur aura compris qu’il est un genre de parasite artistique. La quantité de choses à laquelle il est à la fois doué et intéressé n’étant pas très élevée. Toujours en train de demander de l’aide à son entourage pour toutes sortes de trucs que la plupart des gens normaux sont capables de faire, il se dévouera pleinement à son art : l’écriture. Il n’aura pas trouvé The One, mais bien des relations de différentes natures avec différentes femmes toutes reconnaissantes d’avoir accès à une partie du coeur et du corps de cet homme mystérieux.

Version 450

Après s’être rebellé inconsciemment contre le chemin naturel des choses, tchendoh aura enfin vu le bonheur simple qu’on retrouve dans le moule : la simplicité et les petites choses. Il retournera travailler en informatique et redoublera d’effort pour obtenir des promotions. Il se mariera avec une mère adorable qui lui donnera deux beaux enfants, un fils et une fille. Les veillées à sa maison deviendront rapidement célèbres parmi les amis et sa cave à vin créera l’envie des voisins.

Version sombre

Tchendoh ne sera sorti de sa dépression que pour mieux y replonger. Il y a des gens qui sont allergiques au bonheur. Après avoir tenté tant bien que mal de trouver un travail pour lequel il a un quelconque intérêt, notre malheureux tchendoh arriva fatalement à l’inévitable conclusion : la vie c’est de la marde. Junkie fini, un ami réussira à lui dénicher un travail comme chauffeur de calèche dans le Vieux-Montréal. On raconte qu’il maugré des obscénités offensantes lorsqu’il embarque de jeunes couples amoureux. Il se liera d’amitié avec une prostituée à la vie aussi merdique que la sienne qu’il défoncera les soirs plus durs pour se garder en vie.

Version 6/49

Tchendoh remportera le gros lot 6/49 à sa sortie de l’école en mai 2008. Ça lui laissera l’occasion de vivre enfin une vie rêvée qu’il a toujours souhaité : écrire en faisant le tour du monde avec un budget de 34 millions de dollars. Il trouvera par surprise l’amour en Argentine, pays qu’il n’aurait même pas pu indiquer sur une map avant de s’y retrouver. Sa femme-to-be fera l’envie de tous et aura beau être sincère, tchendoh conservera toujours secrètement un doute à savoir si elle est avec lui pour l’argent.

Version The One

Comme dans les films, tchendoh rencontrera une femme d’une beauté inouïe dans un bar, un soir où il en était à la croisée des chemins. Plutôt que de se laisser bercer dans le désespoir d’une bouteille de scotch corrosive, tchendoh reprit goût à la vie. Le mal de vivre perdu à jamais, tchendoh commencera à faire du snowboard pour accompagner sa copine dans ses trips de plein air. Bêtement, tchendoh perdra la vie dans un accident d’auto à une intersection en plein été trois jours avant ses 34 ans, un age qu’il appréhendait avec beaucoup d’ambition. Il laissera dans le deuil sa copine, qui fera une fausse couche la semaine suivante.

Rejoindre la conversation

21 commentaires

  1. Drôle comme ta version 450 a quand même pas l’air si pire. On voit que tu connais quand même du monde qui vivent un peu cette vie là (même si tu biatches sur redoubler d’efforts pour grimper l’échelle). Une mère adorable, quand tu dis ça, t’insunues qu’elle est pas wil au lit, hein?

    Pis chauffeur de calèche, c’est pas tant le niveau zéro de l’humanité. Moi je voyais
    ca quand même comme un métier pas si minable, surtout si tu peux dire des horreurs. Pareil comme dans Pump Up the Volume, mais tiré par un cheval.

    Pis ta version artiste est pas siii pire, mais t’as pas vraiment essayé de faire une version happy-enough end réaliste. À moins que oui. Sauf que tu aurais fini d’appeler les filles The One. D’après moi c’est un bon step, pour le futur.

  2. peu importe la version de Tchendoh du moment qu’il continue à écrire comme il vient de le faire dans ce post

  3. Héhé! C’est bon! Ca ferait une bonne série de personnage. Ou un bon thème de départ pour un texte, ou même plus.

    J’aime ce coté autodérision.

  4. Moi, je pencherait pour la version « Personnalités multiples »; un espèce de Tchendoh démultiplié qui vit 5 vies parallèles…beaucoup plus grisant comme existence, non?

  5. Tchendoh, j’essaie encore de trouver un moyen de lire tout tes textes sans lâcher mon boulot ou faire une overdose de caféine…Parce que diable que t’écris bien!

  6. J’abonde dans le même sens que les autres ; tu écris bien, très bien. Mais … Est-ce mon état nostalgique du moment qui fait que je semble être la seule à trouver ce billet étrangement triste …

  7. Tchendoh illuminé :

    Éternellement tourmenté, Tchendoh sera devenu cynique et blasé bien malgré lui après s’être mêlé au monde illusoire qu’est le showbizz Québecois.Il rencontrera à l’épicerie une jeune et adorable jeune femme qui s’appellera Rosario. La tant attendu et convoitée The One! En amour par dessus la tête Tchendoh accompagnera Rosario dans une de ses mystérieuses réunions au sous-sol d’une église. Elle introduira Tchendoh à son mentor et gouru, un certain Mustafar qui fera boire du Kool-Aid empoisonné à tout le monde. Fin tragique pour Tchendoh qui aura enfin trouvé le bonheur, cet incconu. Il laissera dans le deuil sa chatte Kafee qui mourra en l’attendant à son appart.

  8. Ah !!! Ben là s’il y a une pauvre petite chatte dans le portrait, ça change tout ! Ta souffrance me laisse donc totalement indifférente face à celle de Kaffee !! ;-)

  9. Texte un je-ne-sais-quoi troublant.

    Mais, je tente un résumé (sans, évidemment, prétendre t’avoir compris), l’avenir idéal serait:

    Devenir un artiste accompli tout en étant indépendant de fortune car tu aurais gagné 34M$ au 6/49. Évidemment, tu serais en amour fou avec l’idéal absolu (j’ai nommé « the one ») avec qui tu filerais le bonheur parfait avec vos deux beaux enfants. Vous habiteriez une jolie maison (dans le 450 ou pas, on s’en fout; tant qu’à moi, quand tu deviens parents, ça ne change pas grand’chose).

    Tout de la version sombre est éliminé… bien sûr.

    __________________

    Si il faut choisir: je choisis la version 450 dont la fin me semble moins déprimante. (À cause de la cave à vin).

  10. Je ris de moi: j’écris « je choisis » comme si je jouais à un jeu où je décide des actions d’un personnage fictif :))

    Disons, que je te souhaite le meilleur!

  11. ehehe ouais c’est marrant vos réactions, comme Loupdogg qui s’ostine sur les concepts de chaque qui étaient pas si poussés. J’ai juste improvisé des trucs en une demi-heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *