Étape par étape, ouh bebé.

Quand j’étais en informatique (oh qu’on s’en ennuie (bien sûr que c’est du sarcasme, silly)) et que je voulais faire autre chose de ma vie. J’ai quand même cherché pas mal. Tranquillement, et (mystérieusement) je ne saurais pas trop dire comment, l’écriture s’est imposé. (je dis ça avec la phrase la moins bien formulé de tous les temps).

Là, l’idée est sorti d’aller à l’ENH. Pour moi, c’était impossible. Je ne sais pas pourquoi, l’École a une espèce d’aura on dirait. Ça intimide. En tout cas, je le constate souvent et c’était mon cas à moi aussi. J’ai fait des cours du soir et tranquillement, ça a changé d’être ce rêve impossible et irréaliste pour devenir de plus en plus possible et envisageable.

Même si c’est devenu accessible, j’ai quand même été surpris quand j’ai été accepté.

Je ne savais pas trop ce que je voulais faire avec ça. Dans ma tête, je penchais déjà pour la télé et je voulais améliorer mes dialogues. Je considérais aussi l’humour de scène où j’y ai eu mon fun mais j’y trouvais moins mon compte en tant qu’auteur. Enfin bref, pour la télé, c’était encore vraiment un rêve totalement irréaliste et impossible. Quand on regarde la télé, on a l’impression que c’est les 3-4 mêmes auteurs vedettes qui écrivent tout.

Je remarque vraiment le même pattern avec la télé que j’ai eu avec l’ENH. Même monstre épeurant. Tranquillement, avec mes cours, des profs vraiment forts, mon évolution en tant qu’auteur, (ok je réalise maintenant que la métaphore du monstre est un peu grotesque) J’ai un peu, « amadoué » le monstre (je l’avais dit, hein!). Et là, avec mes démarches de stages et mes contacts très opportuns, je sens de plus en plus que c’est simplement et surtout une question de temps. Que si je travaille fort, c’est tout à fait réalisable.

Et quand j’aurai mon premier contrat, je serai encore probablement surpris (mais très heureux).

Je suis pas qqn de très positif et ceux qui me connaissent savent que je suis pas trop le genre à faire confiance à vie aveuglément et bla bla bla. Mais quand même, j’ai pas le choix de constater que des fois, … Bon, je vais pas vous dire la morale de l’histoire là, elle est évidente! Si vous comprenez pas, vous êtes pas assez wise pour ce blogue! :P

Je me suis dit que peut-être ça vous encouragerait dans vos défis à vous. Seulement si vous êtes sympa par contre, je veux pas aider les gens evil (mais toi, je t’aime toi, tu sais ben). Pis quand je serai découragé moi-même pis que ça marchera pu mes affaires, ben je reviendrai lire ce post.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *