Sweet luv with an anglo

Montréal est de plus en plus anglophone. Au-del à des sondages, c’est encore plus évident dans les commerces et un peu partout. Loin de moi l’idée de faire un post politique, j’ai juste eu le questionnement suivant tantôt alors que je m’achetais une bouteille de shampoo et que la très très cute serveuse Yves Rocher ne m’a pas compris deux phrases en deux : est-ce que je pourrais sortir avec une anglo?

Dans les avantages indéniables, ça améliorerait mon anglais qui aurait besoin de finition mais en m ême temps, elle ne comprendrait rien à ce que j’écris dans mon travail. M ême chose pour les autres langues (sauf celle de l’amouuuuur). Je ne sais pas si j’arriverais à vivre avec ça. Quand j’étais en informatique, je me foutais bien que ma blonde ne comprenne rien à mes trucs de prog, mais je sais pas. L’écriture fait davantage partie de ma vie. Je sais pas. Je sais pas.

Une bonne façon de régler tout ça, serait de passer immédiatement au bout de ma carrière où j’ai mes séries télé qui torchent sur HBO.

12 commentaires

  1. Unépais

    Francophones minoritaires sur l’ile de Montreal en 2012. Dans 50 ans c’est fini le francais au Québec. Bonne chance tout le monde.

  2. Kamyzz

    Depuis longtemps, Montréal est une ville o๠l’anglais est très présent. La proportion d’anglophones qui s’y trouve ne représente absolument pas la province. Ce n’est, selon moi, que pure paranoà¯a que de prédire la disparition du français dans un futur rapproché.

  3. tchendoh

    kamyzz, pas dans un futur rapproché. Mais ça fait 14 ans que je vis à  MTL et que je fréquente les mêmes endroits et la tendance est très évidente.

    Mais bon, mon billet n’était pas sur la survie du français ou de la paranoà¯a de l’épais.

  4. Miss C

    Mon anglais est pà´ pire, pà´ pire, mais n’empêche, pour une vraie relation relation meaningfull à  long terme ? Je pense que c’est important de pouvoir se comprendre dans toutes les nuances, écriture incluse. D’ailleurs quand j’ai été avec des francophones qui ne catchaient pas mon cà´té créatif, ça n’a pas marché non plus ! Quand la création représente une bonne partie de nous, oui, c’est important de pouvoir la partager.

  5. Marie-Eve

    àŠtre avec quelqu’un qui parle une autre langue à  la base c’est tout un challenge parce que tu ne peux jamais tout partager du point de vue littéraire, culturel, patrimoine, les expressions, humour, etc. Et c’est triste un peu. Mais ça ne pèse jamais autant dans la balance que l’amour que tu peux avoir pour l’autre (un bon test aussi pour tester si c’est le real deal).

    Il reste toujours une petite partie o๠tu ne peux pas «connecter» malgré les bonnes intentions de tout le monde.

    J’en ai vu plusieurs qui voulaient pas s’embarquer dans une relation anglo/franco en théorie. Mais lorsque le bandwagon passe, tout le monde embarque. Je pense pas que tu serais l’exception à  la règle.

  6. tchendoh

    Je pense pas non plus.

  7. Mélissa

    J’ai été plusieurs mois avec un mec qui ne parlait qu’anglais (USA oblige..). Au départ, mon anglais était moyen alors c’était plus difficile, mais à  force de passer autant de temps avec quelqu’un qui parle une autre langue, mon anglais est devenu vraiment bien et il n’y avait plus de problème à  ce niveau là .

    Et dis-toi qu’une fille anglo pourrait décider d’apprendre le Français aussi, tsé. Elle finirait par les lires, tes textes!

  8. titeju

    C’est drà´le à  dire, mais quand j’ai eu mon « summer-love » avec un espagnol, on communiquait en anglais, les deux pas notre langue maternelle, et pourtant on n’avait pas besoin de se parler pour se comprendre ;)
    Alors je suis sà»re que ça fonctionnerait pour toi aussi ! Pourquoi pas.

  9. V

    Intéressante question. Des fois je me demande si au contraire, c’est pas plus facile de connecter avec quelqu’un quand on accepte d’emblée qu’on ne se comprendra pas entièrement ni parfaitement. La langue commune contribue probablement à  faire oublier que c’est en fait, une illusion.

    Mais d’un autre cà´té, je comprends aussi l’importance d’avoir des repères communs et la culture contribue à  cela.

  10. Miss C

    « c’est pas plus facile de connecter avec quelqu’un quand on accepte d’emblée qu’on ne se comprendra pas entièrement ni parfaitement » – V, je n’y avais pas pensé mais ça a bien de l’allure !

  11. cheftony81

    Te questionner ne servira à  rien. Il faut le vivre, l’essayer. Maintenant, te reste juste à  en trouver une qui te plait et qui veut bien de toi (ca c’est le boute une peu plus difficile, comme avec les francophone)…

    have fun!

  12. La belle

    J’ai eu un peu la même réflexion que toi. Après avoir eu une histoire avec un mec s’exprimant dans une langue autre que le français, je suis toujours perplexe. J’ai l’impression que la connexion n’est pas complète si l’autre ne peut pas lire ce que j’écris ni comprendre la subtilité des mots. En même temps, en étant limité quant au nombre de mots qu’on peut utiliser, ça oblige à  se positionner clairement dans une discussion. Et ça c’est loin d’être désagréable… Et en passant, me voilà  bientà´t trilingue ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 10putes.com

Thème par Anders NorenHaut ↑