J’allais faire un texte mature

Un texte qui aurait transpiré la maturité, l’intelligence et la sagesse.

Contexte :

C’est que depuis ce matin, j’avais une espèce d’épiphanie progressive (?) où je réalisais qu’au-delà de la mégababe, ce que je recherche d’abord et avant tout, c’est une fille avec qui je m’entends bien.

En fait, si je compile toutes les stats de ma vie adulte, je me rends compte que c’est surtout ça qui est rare : quelqu’un avec qui je m’entends bien. C’est ça qui me manque. C’est de ça dont j’ai le plus envie et besoin.

Et là, alors que j’en étais à écrire une super intro en m’imaginant déjà tous les commentaires à la « I told you so », une fille est passée juste à côté de ma table.

Pas n’importe quelle fille. C’était genre LA chick asiatique au cul bombé. Une genre de fille-au-cul-qui-me-hante 2.0. En fait, si je mets ma candeur de côté, je suis à 90% certain que son cul était siliconé, ou peu importe comment on nomme ces nouveaux bubble butts avec des implants.

Puis un moment donné, quelque part perdu dans mes pensées alors que j’en étais à me dire qu’il y a clairement un avant et un après l’arrivée de ces incroyables culs à la réalité augmentée, je me suis rendu compte que toute ma nouvelle sagesse était disparue d’une shot.

Et j’en suis là, là.

Je ne sais pas si je dois être découragé, ou juste me résigner à l’idée que je risque de passer une vie à marécager dans les mêmes thèmes de The One et VDLP. Parce que dans les moments où j’arrive à enlever la culpabilité d’être aussi attardé, je trouve ça drôle.

Leave a comment

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *