Raison #1 : Ça se passe dans le Bronx en 1977 et l’on assiste aux débuts (très romancés) du hip-hop alors que ça tripait fort sur le disco et que les DJ étaient encore cool.

Raison #2 : C’est un musical drama. C’est quand la dernière fois que tu t’es tapé un musical drama? Le ton est léger et crime que ça met de bonne humeur! Un peu à la Bollywood.

Raison #3 : La série présente plus de diversité culturelle en trois scènes que toute la télé québécoise en une année.

Raison #4 : C’est une série avec un budget 120M$ et tout l’argent est à l’écran. Juste la soundtrack a dû coûter une fortune!

Raison #5 : La réalisation est particulièrement folle, arcade et éclatée. Surtout dans le pilote. On ne se fait pas chier avec le réalisme. On raconte une histoire de la façon la plus divertissante possible. Et on mélange ça avec plein d’images d’archive cool et des références à Bruce Lee.

Raison #6 : Ça dure à peu près six heures et demies donc une nuit blanche parfaite.

Raison #7 : Hugo Dumas a détesté ça. (Un pilote de 90 minutes, c’est trop long, mais 20 heures d’Unité 9 on se tanne jamais.)

Raison #8 : La série est une autre preuve qu’une ville où tout va mal, ça crée de la bonne musique.

Raison #9 : C’est sur Netflix qui a déjà annoncé une deuxième saison pour 2017.

Raison #10 : C’est une série qui essaye FORT! On passe proche d’être quétaine. On passe proche d’être over-romantique. Mais avec le coeur à la bonne place, ça marche. The Get Down se démarque vraiment de tout ce qui se fait et j’adore quand des gens osent et prennent des risques. Surtout lorsqu’ils ont les poches aussi profondes que celles de Netflix.

The Get Down 1 The Get Down 3 The Get Down 4 The Get Down 5

Leave a comment

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *