Mon babyboomer de psy que je consulte depuis maintenant dix ans a décidé de partir dans le sud pour l’hiver et j’ai donc commencé à voir cette femme qui est assurément dans la vingtaine. Passer du vieux snowbird à la jeune chick professionnelle, ça change pas mal la dynamique.

Dans ma tête de gars en manque de date, en tout cas. Avec une femme aussi intelligente et à l’écoute, on se développerait un béguin à moins. J’ai déjà partagé tous mes défauts et elle m’écoute encore avec attention. C’est un puissant renforcement pour ma personnalité quelque peu égocentrique de blogueur introspectif.

Il y a plein de gens qui se plaignent d’être tombés sur des dates qui ne parlent que d’eux-mêmes. Ce n’est pas un hasard. Tout le monde adore parler de soi-même. L’avantage avec un psy, c’est que tu peux le faire sans filer cheap.

C’est une des raisons pourquoi j’avais autant apprécié le film Her. Une histoire d’amour avec une adorable intelligence qui n’existe que pour toi, c’est tellement une vision réaliste du futur.

Ironiquement, je lui parlais cette semaine de combien ma solitude a parfois tendance à faire que je m’attache trop vite. J’ai trop de carences affectives alors quand je tombe sur quelqu’un à mon goût, je lui prends tout. Je lui accorde toutes les promotions possibles. Comme passer de psy à blonde potentielle en trois séances.

Évidemment, tout ça n’est qu’une lubie anecdotique.

Je ne vais rien faire pour risquer notre belle relation professionnelle et unidirectionnelle. Mais j’ai été sincèrement étonné de réaliser que je pouvais encore m’intéresser à quelqu’un. Bon, être attiré par une belle femme qui m’écoute littéralement jaser de moi pendant des heures, ce n’est pas encore super réaliste, mais j’ai quand même éprouvé une véritable attirance pour cette femme-là. Et ça, ça ne m’était pas arrivé depuis… vraiment longtemps.

Et ici dans ce texte, je me juge gros en disant que c’est juste un gros trip d’égo, mais ce n’est pas que ça. C’est aussi quelqu’un à qui je raconte tout ce que j’ai de profondément flawed, et qui reste là. Quelqu’un qui peut me voir à mon plus laid et continuer de me regarder avec de la compassion. Qu’est-ce qu’un humain peut vouloir de plus que ça?

Quelques câlins?

Bon point.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *