Même si je pensais que tout le monde était au courant, il y a encore pas mal de monde allumé dans mon entourage qui ne connait pas ce qu’est un Social Justice Warrior (SJW).

En gros, c’est un terme péjoratif pour désigner ces militants over-vertueux qui cherchent à faire la morale à tout le monde avec tous les nouveaux concepts à la mode (qu’ils maitrisent souvent assez mal).

C’est particulièrement populaire sur les réseaux sociaux.

Par exemple, les crinqués qui ont banni l’humoriste avec des dreads d’un show d’humour sous prétexte que c’était de l’appropriation culturelle, c’est en plein ça. Ils tiennent tellement à se montrer purs qu’ils en deviennent chiants et ridicules.

Voici donc le top 5 de ce qui gosse avec les SJW.

#5 Son but n’est pas d’améliorer les choses

C’est la grande différence entre un militant et un SJW : le militant a le coeur à la bonne place. Faire progresser la société est secondaire pour le SJW. Il cherche avant tout à faire la morale à des gens de la façon la plus publique possible afin de se sentir moralement supérieur. D’ailleurs, s’il cherchait réellement à faire évoluer les pensées, jamais il ne serait aussi condescendant.

#4 C’est toujours à sens unique

Une preuve de sa condescendance, c’est que le social justice warrior n’a aucune écoute. En fait, il demande souvent à l’autre de se taire. Il n’est pas là pour échanger ou confronter ses idées à celle des autres. Il possède déjà la vérité et cherche à propager sa bonne parole à sens unique. Même s’il s’adresse à quelqu’un qui en connait beaucoup plus que lui sur un sujet, le SJW ne ratera jamais l’occasion de sortir la cassette de son discours qu’il a déjà répété 400 fois de la même façon.

#3 Le goudron et les plumes

Le SJW exagère toujours sur les sanctions des gens qu’il a étiquetés comme des pas fins. Peu importe la gravité de ce qu’il juge être un crime, la punition implique toujours des excuses très publiques où la personne devra avouer à tout le monde combien elle est une mauvaise personne. D’ailleurs, ces excuses ne seront jamais assez satisfaisantes et le fautif devra quand même disparaitre à jamais dans la honte éternelle.

#2 Avec nous ou contre nous

Les nuances sont impossibles dans la tête d’un SJW. Si t’es à 99% d’accord avec un SJW, il te considère en désaccord. Tu deviens donc une mauvaise personne du camp adverse et lui et ses acolytes pourront enfin te crier toutes les nouvelles insultes et étiquettes qu’ils viendront juste d’apprendre sur Wikipédia.

#1 Que celui qui n’a jamais péché…

Contrairement aux SJW, tout le monde sait que personne n’est parfait et que prétendre le contraire est hypocrite. On a tous à un moment ou l’autre déjà été pas fin ou discriminatoire d’une quelconque façon dans notre passé. Les plus chanceux sont juste reconnaissants que personne n’ait enregistré nos moments moins glorieux. C’est cet état de conscience qui nous donne une petite gêne quand vient le temps de crucifier quelqu’un pour un tweet maladroit de 2008.

En résumé, militer pour une meilleure justice sociale et faire avancer la société, c’est noble et cool. Être un SJW, c’est un power trip de pseudo-curé autoproclamé qui sert surtout à se faire plaire plaisir à soi.

SVP, ne soit pas un SJW.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *