Ouvrir mes bras, mes jambes ou mes poignets

Je contemple encore le bout de mes forces. Ce n’est plus très loin, maintenant. Je pensais qu’avec la dose d’antidépresseur que je prenais, je ne pouvais plus pleurer autant. Maintenant, je me demande dans quel état je serais si je n’en prenais pas.

J’essaie de comprendre ce qui me fait aller aussi mal et j’arrive à quelques conclusions. C’est sûr que l’argent est un gros facteur. C’est le truc le plus concret. Ce n’est pas comme un coeur déçu ou un espoir usé. L’argent est un chiffre qui descend puis à zéro, c’est fini.

Mais au-delà de l’argent, c’est la demande d’aide que je n’arrive plus à faire. C’est comme si c’était de l’acide en-dedans de m0i et que là, il ne reste à peu près plus rien à faire fondre. Même d’écrire ici combien je souffre, je ne sais plus combien de fois il en reste à mon égo.

Je vois bien que j’arrive constamment aux mêmes problèmes. Il y a un moment où je devrai peut-être juste accepter que je suis incapable d’atteindre une forme d’indépendance. Un équilibre.

Tout seul, tôt ou tard, je coule.

Ce qui me donne encore un peu de souffle, c’est que j’écris encore. Même si le stress affaiblit ma créativité, j’écris encore. J’ai des idées. De bonnes idées, même. Chaque idée est comme une petite ligne à l’eau d’espoir, ce qui donne une drôle d’image.

Un pêcheur qui continue de pêcher, alors qu’il est en train de se noyer.

Connais-tu mon super projet sur Patreon? Il faut que tu vois ça!

3 Comments

  1. Salut, écoute je sais pas c’est quoi exactement qui t’es arrivé pour que tu en arrives là. Ça a déjà été super bien ton affaire, ça se feelais. Ça te prends du sparkle. Plus facile à dire qu’à trouver. Mais je feel ce que tu vis. Y faut juste briser le criss de pattern pis sortir, trouver de quoi. Dans les détails, souvent, y’a du beau. Meurt pas. Tu vas trouver de quoi.

  2. On a besoin de toi, Eric. Je comprends tout à fait comment l’argent est un problème difficilement soluble et on est dans une société qui valorise l’indépendance financière comme si c’était une fin en soi. Mais il y a autre chose qui ne s’achète pas. Tu as construit quelque chose ici et tu as de quoi en être fier. N’hésite pas si je peux faire quelque chose.

  3. Cours, ça aère la tête. Et ne te chronomètre jamais. Ce ne sont que des chiffres. Les mêmes qui polluent ta vie. Jongle encore avec les lettres. Tu es habile avec les lettres. Tu crois que tu te noies, nous on voit le bateau. Et on va souffler tes voiles si il le faut. Mais fais voyager ta tête. Cours. Ça aide vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 10putes.com

Theme by Anders NorenUp ↑