Comme toujours et comme tout le monde l’a déjà dit, Joaquin Phoenix y est incroyable. Son corps maigre et la façon qu’il le présente sont creepy à souhait, sans compter sa voix et toutes les émotions qu’il réussit à faire passer dans son visage de psychopathe.

C’est un film particulièrement dur et dark. Je comprends le monde de s’inquiéter de comment certaines personnes plus vulnérables au niveau mental recevront ce film. Ayant moi-même des problèmes de santé mentale et de pauvreté, il y a plusieurs fois où je pouvais m’identifier à la frustration d’un système qui ultimement, te rejette.

Les films pour 18 ans et plus, on s’attend à de la violence ou du sexe, mais ça peut aussi être au niveau du thème ou du propos que ça requiert un public mature. Dans ce cas-ci, c’est un propos dur qui nous raconte combien notre société écrase certaines personnes vulnérables et desquelles on retire tranquillement tous leurs filets sociaux jusqu’à ce qu’éventuellement, ils en aient assez et que ça explose.

J’ai l’impression que ça va nous faire débattre sur :

  • expliquer/raconter comment un malade devient criminel/super vilain
  • justifier ce comportement violent et cinglé

Bref, il y a quelque chose de terrifiant dans ce film-là, mais l’art, c’est aussi ça : nous montrer le plus laid et le plus épeurant. Joker nous montre ce qu’on essaie d’ignorer à longueur de journée parce que c’est laid et malaisant.

Juste en sortant du film, je suis allé au McDo en parfait pauvre avec mon coupon rabais et je voyais ce dude déchu qui fixait son double cheese avec de la bave qui coule. C’était clair que ce gars-là n’était pas à grand-chose de snapper.

Connais-tu mon super projet sur Patreon? Il faut que tu vois ça!