Il y a un numéro de téléphone dans le 514 qui m’appelait depuis deux semaines à pas mal toute heure du jour.

C’est peut-être un réflexe de gars qui a eu des problèmes d’argent, mais j’ai ben de la misère à répondre au téléphone quand je ne sais pas qui appelle. On dirait que ça peut seulement être des problèmes. Ils n’ont qu’à laisser un message.

Mais bon, je marchais dehors et à ce que je sache, je suis à jour dans mes comptes alors la curiosité du numéro insistant l’a emporté.

– Oui allô?
– Bonjour, j’appelle de la part du Parti Québécois! (Aaaaah! Ben oui, ça fait du sens.) On est en période de financement et…
– Ouf, je n’ai vraiment pas d’argent, monsieur.
– D’accord! On voit que vous étiez membre et que vous ne l’êtes plus depuis…
– Ouais. C’est quand la prochaine course à la chefferie? C’est là que je m’abonne à des partis politiques, d’habitude.
– Bonne question. Autour du mois de mai.
– Je vais sûrement me réinscrire dans ce bout-là.
– Et est-ce que vous soutenez toujours le Parti Québécois?
– En fait, je vous avoue que je suis assez guidoune dans mes partis politiques.
– Oh, intéressant.
– J’ai été membre de tous les partis indépendantistes dans la dernière décennie. En fait, le seul parti qui m’ait vraiment rejoint est celui d’Option nationale et présentement, je suis super intéressé par la démarche de Catherine Fournier parce que je pense que les indépendantistes se font mal en se divisant autant.
– Très très intéressant, monsieur. Merci pour votre franchise!
– Ça m’a fait plaisir.

Même si la fille au coin de la rue m’a trouvé louche au mot « guidoune ».