J’attendais de bien filer (ou pas filer trop mal) pour mettre des mots sur un sujet super difficile pour moi.

C’est une problématique reliée à mon insécurité et ma mauvaise estime personnelle et qui empire selon combien je suis dépressif. 

En gros, j’ai parfois cette impression que je dérange mes proches. 

Le meilleur exemple, c’est avec mon meilleur ami. Dans un comportement parfaitement toxique, je peux commencer à avoir l’impression que je vais trop souvent le visiter lui et sa famille, alors je vais commencer à y aller moins. Et là, s’il ne me contacte pas durant la période où je n’y vais pas, je me dis que ça confirme le feeling que j’avais, et ça devient comme un poison que je me shoot dans l’aorte. 

Par chance, cette dynamique destructrice s’est beaucoup améliorée avec les années. Mon ami n’est pas le plus expressif, mais sa blonde compense, et avec beaucoup de discussions et de renforcement et de communication et tout ça, je me sens beaucoup plus à l’aise de débarquer à pas mal tout moment et ils sont bons pour me faire sentir à l’aise. 

Évidemment, ça leur a demandé beaucoup d’amour à travers les années parce que tout ça, ça demande de l’énergie. Et je me sens encore super gossant quand j’ai besoin d’une mise au point parce que j’ai une incertitude que j’ai besoin de vérifier pour la tuer dans l’oeuf. 

En même temps, c’est un peu tout ce que je peux faire : communiquer. Sinon, même si ça ne paraitra pas nécessairement au début, ça va me trotter dans la tête et tranquillement contribuer à me faire sentir plus bouette et à m’isoler un peu plus. 

C’est spécial parce que j’ai l’impression qu’il y a deux parties de moi qui s’affrontent. Mon côté logique et confiant qui peut se dire que mes proches m’aiment, et mon côté insécure qui est toujours dans le doute.

Et c’est drôle parce que ça fait une semaine que je veux écrire sur ce sujet, et ça me faisait penser à ma mère que c’est non seulement toujours moi qui l’appelle, mais c’est aussi toujours elle qui se tanne et qui veut raccrocher en premier. Alors évidemment, j’ai parfois cette impression d’être gossant. Bon, je sais que je peux être gossant pour ma mère (et plein d’autre monde), mais le feeling peut aller jusqu’à me dire qu’elle ne m’aime pas vraiment, et c’est là que ça devient bad. 

Mais hier, elle m’a appelé et c’était parce qu’elle trouvait que ça faisait longtemps que je ne l’avais pas appelé alors que ça faisait seulement quelques jours. Je ne me souviens même pas de la dernière fois où c’était arrivé. Et là, j’avais la partie de moi normale qui n’était pas étonnée, mais l’autre partie insécure est encore fuckée parce que ça scrap toutes ses théories d’aplomb. 

Mais même si j’ai toujours ces combats intérieurs dans ma tête qui sont énergivores, je n’en parle pas tout le temps parce que je serais lourd pour tout le monde.

Il y a des amitiés où je dois essayer de me parler pour ne pas tout saboter en étant trop lourd trop souvent. Il y a d’autres amitiés où les gens ne sont pas outillés pour gérer ce genre de truc. 

J’ai une amie que je trouve souvent distante sur les réseaux sociaux et que ça met en colère dès que je veux vérifier avec elle si je la dérange parce qu’elle voit ça comme si je doute d’elle. Elle ressent ça immédiatement comme une confrontation, alors sa colère embarque et à partir de là,, il n’y a plus rien à faire.

L’idée est de désamorcer la situation alors que ça fait juste tout exploser.

Je ne sais pas encore si j’aurais une façon de le formuler pour ne pas qu’elle se sente confrontée ou si c’est juste impossible parce qu’on est incompatibles. Genre, elle n’est pas apte à gérer ce dont j’ai besoin ou qu’elle me trouve juste trop lourd.

Elle, elle aimerait que je ne doute pas de son intérêt et que j’arrête de la gosser avec ça, mais malheureusement, ce n’est pas dans mes options. Bien sûr, je peux arrêter de la gosser avec ça, mais ce ne sera pas sain pour moi.

Avec une connaissance, je peux le faire. Mais avec une vraie bonne amie, ça ne fait pas de sens. J’en suis donc à me demander si c’est le deuil de relation que j’en suis à faire. 

Et c’est triste parce que se faire de nouveaux amis, je trouve ça de plus en plus difficile avec le temps, mais c’est plus important que jamais pour moi de bien entretenir les rares relations que j’aie et que ce soit un désir réciproque.

Même si je suis tout à fait conscient que pour plein de monde, je serai toujours beauuuuuuucoup trop de trouble, je pense vraiment qu’à plus long terme, communiquer et éclaircir ces irritants, ça simplifie grandement les relations, en plus de les rendre beaucoup plus fortes et significatives. Mais en entendant, je me sens quand même juste comme un paquet de trouble lourd. Ou peut-être que c’est encore les deux parties de moi qui s’affrontent.

Bref.