Après beaucoup de préparation, la première publication s’en vient! Ça va se passer sur mon Instagram à @tchendoh si tu veux me suivre!

J’ai eu l’idée de me partir un blogue sur Instagram dont le but est de trouver The One, mais à mon rythme, et en jasant de 1000 trucs en même temps.

C’était beaucoup de travail, séparé en trois parties.

1. La partie le fun : les textes

2. La partie semi-le-fun : les graphiques

3. La partie pas le fun : les photos

La première partie est venue instinctivement parce que c’est ce qui me drive. Là, j’avais 1000 choses à dire sur le sujet et je me cherchais une tribune. D’habitude, quand je démarre un projet, j’essaie de voir ce que ça va donner pour ma carrière ou pour me rapporter des sous ou quelque chose, mais là, c’était juste des trucs que j’avais envie d’écrire et les seuls gains que je me voyais faire, c’est de finir par créer des relations (ce qui n’est pas négligeable, mais qui ne paye pas le loyer) et gagner du following sur Instagram, une plateforme que je n’ai jamais vraiment fréquentée.

Deuxième partie : les graphiques où j’ai dû m’arranger tout seul. J’ai toujours l’expression en tête « If you want to go fast, go alone. If you want to go far, go together » et ça me fait chier d’être aussi seul. C’est là que j’envie les gens qui sont à un plus haut niveau de succès où quand ils ont une idée, ils s’occupent de leur art et leur entourage s’occupe du reste. En tout cas, c’est ce dont moi je rêve quand je m’imagine devenir big.

Je me suis donc tapé plein de vidéos YouTube de design, de couleurs cool, de tendance, de negative space, de gaffes à ne pas faire et j’ai fini par arriver à de quoi à mon goût et qui semble plaire. Cette étape était drainante, mais au moins, le résultat était satisfaisant alors je m’en suis sorti OK.

La troisième partie est celle qui m’a tué : les photos. Encore une fois, j’ai été pogné tout seul. C’est le confinement, couvre-feu, bulles, etc. Mes options d’amis sont limitées. J’avais une amie à qui je me voyais demander de me prendre en photo et elle ne pouvait pas avant une éternité, alors plutôt que de reporter le projet de plusieurs semaines, je me suis arrangé tout seul et c’était vraiment pénible.

C’était pénible parce que la seule chose que je déteste plus que de me prendre en photo, c’est de me voir sur une photo. Ça m’a vraiment fait mal. C’est là qu’on voit toute l’aisance des gens sur Instagram qui sont tellement photogéniques et à l’aise sous tous les angles. Ça m’a tué et je pense que si je n’avais pas fait autant de travail en amont, j’aurais peut-être tout abandonné.

Là, j’ai décidé de me contenter du gros minimum avec une ou deux selfies pour m’acheter du temps. Je ne peux pas commencer un concept du genre sans mettre de photos. Ce serait comme une fiche Tinder sans photo. Ça ne se fait pas. Mais en même temps, c’est pas si grave si je n’ai pas 1000 photos dès la première publication. Le concept est déjà de prendre ça relaxe et d’y aller graduellement.

Pour le reste, je vais aussi poser des questions à la communauté à la fin de chaque publication. J’espère que les gens oseront participer! J’imagine que ça va dépendre de mon following et de l’engouement.

Je pense publier trois fois par semaine, mais je ne suis pas encore fixé parce que je ne sais pas encore si ce sera trop ou trop peu? Ce que j’aime, c’est qu’Instagram limite les textes à 2000 caractères alors ça me calme quand je m’énarve trop dans l’écriture. Je dois vraiment me limiter à une seule idée par publication.

Bref, encore beaucoup d’inconnu, mais une fois rodé, il me restera surtout à écrire et ça risque d’être intéressant et pas mal le fun, même si parfois ça me pousse en dehors de ma zone de confort.

On verra bien! Follow-moi!

Instagram : @tchendoh