En thérapie cette semaine, on m’a demandé de me poser la question : qu’est-ce que je pense qu’il me manque pour être en couple?

Je me suis retenu de répondre « une blonde ».

Je ne sais pas si c’était une question rhétorique pour me faire comprendre que je me place trop de conditions, mais là, j’essaie quand même de faire l’exercice et c’est un pas pire mindfuck.

Je pense que ça dépend de beaucoup de choses. Si une femme qui me plait est prête à m’accepter comme je suis présentement, bien sûr qu’il ne me manque pas grand-chose, mais est-ce réaliste?

Je suis conscient en partant que je ne dois pas me fixer des attentes trop grandes. Ce qui serait irréalistes, ce serait quelque chose comme :

  • Attendre d’être fier de ma carrière (parce que je ne suis jamais complètement fier)
  • Attendre d’être bien dans ma peau (parce que je ne suis jamais bien dans ma peau)
  • Attendre de me débarrasser des antidépresseurs (parce que je ne sais pas quand ou si ça va arriver)

Cela étant dit, j’imagine que la réponse est quelque part entre le maintenant et l’irréaliste.

Retrouver la forme un minimum parce que le confinement a fait mal à mon poids et au cardio. Pour l’écriture, continuer sur ma lancée où ma productivité est en constante croissance est super positif. Si je pouvais commencer à transformer ça en contrats qui ont du bon sens, ce serait bon pour l’ego. Et je pense pas qu’aucune fille endurerait quelqu’un d’aussi pauvre qui ne peut jamais rien faire comme activité.

Aussi, dans un monde idéal, j’aimerais aussi trouver cet ami ou deux de plus qu’il me manque et me permettrait d’être mieux entouré. Parce que des fois, j’ai peur que si je me faisais une blonde, je me ramasserais vite trop dépendant.

Mais là, on s’entend que je regarde beauuuuuucoup trop loin. C’est tellement une question complexe et j’ai tendance à suranalyser tout ça.