Quelque part dans ma vingtaine, j’ai décroché des jeux vidéos quand les consoles ont commencé à forcer les joueurs à jouer chacun chez eux. Moi, j’aimais jouer avec mes amis dans le même salon. Des jeux où tu te partageais le même écran comme Street Fighter, NHL 94 (version Sega) ou Ikari Warriors (bravo à ceux qui ont le référent). Des jeux où tu jouais en équipe ou bien un contre l’autre avec le trash talk qui rend ça un peu plus drôle. 

Le dernier jeu que j’ai joué, c’était à l’ère des jeux PC avec la sortie de World of Warcraft où encore là, c’est le côté social qui me gardait intéressé. Je pense que je détiens encore le record du gars qui a pris le plus de temps pour se rendre au level 50 tellement je passais de temps à glander et faire des niaiseries avec des chummeys plutôt que les quests qui te font leveler up.

Après ça, pu rien. Et dans ma tête, je suis resté un bon gamer. Bon, j’étais pas top quand j’allais jouer à un shooter chez des amis, mais c’est normal, je jouais une fois par année alors que c’est leur jeu à eux.

Mais hier après-m, je suis passé voir ma famille-bulle et pour le dire poliment, c’est pas du monde qui torche aux jeux vidéos, ben crime, j’ai fini dernier (sur nous cinq) à Mario Kart. Bon, c’était sur la Wii avec les petites criss de manettes qui vont mal. Il restait cette petite excuse-là à mon orgueil, mais bof. 

Je suis quand même rentré chez nous et j’ai embarqué sur ma Oculus Quest 2, la première console de jeu que je possède depuis hyper longtemps. J’ai lancé Beat Saber en me disant combien je les clencherais à ce jeu-là. J’ai réussi pour la première fois un tableau super tough sans RIEN rater. 366 trucs sur 366. J’étais brûlé raide. De la buée dans les lentilles pis toute.

Sais-tu combien j’étais ranké dans le monde? 56 000e. 56 000e, tabarnak! Ça, c’était moi à mon top! 

Bref, je suis mieux d’être le genre de gamer qui est sympathique parce que côté talent, je suis fini ben raide!