C’était ma première bonne depuis plusieurs mois. Ça m’a fait réaliser que si je règle enfin mes fucks de médication, je reviens quand même à ma vie loin d’être parfaite.

Oui, je pourrais recommencer à travailler sur mes projets trippants, mais j’aurais aussi ma vie pleine de trous.

C’est que je manque encore de relations significatives. J’en ai, mais il m’en manque. Ça aiderait à me débarrasser du temps que je perds sur les réseaux sociaux. T’sais, avant au moins, je participais sur les réseaux sociaux. Maintenant, je fais juste scroller en me frustrant sans rien écrire. Une genre de consultation castrée où je trouve plein de monde cave, mean ou dans le champ, mais je ne dis rien parce que j’essaie de correspondre à un espèce d’idéal intérieur où je me dis que c’est la meilleure chose à faire, sauf que ça ne me rend pas plus heureux.

Le mieux pour m’éviter tout ça, ce serait d’avoir mieux à faire. Genre, une vie sexuelle. Plus de discussions de terrasse avec des gens intelligents. Pis un paquet d’activités entre les deux.

C’est tough à trouver pour moi des bonnes relations. J’y arrive, mais c’est difficile. C’est risqué. C’est gênant. Les débuts peuvent être chiants. Tu peux perdre ton temps. Et je suis loin d’être à mon top.

Mais c’est à peu près la seule constante chez les gens heureux : ils possèdent de bonnes relations humaines significatives.