La honte

Samedi, j’allais aider un de mes anciens profs pour la billeterie à l’entrée de son spectacle pas loin de chez nous pis après à peine 10 minutes, j’ai commencé à me sentir mal et voir des spots. Une belle chute de pression. Il a fallu que je sorte dehors avant de tomber devant le monde. Par chance, j’ai une amie et ancienne collègue de classe qui est arrivée en même temps et qui a pu me remplacer.

C’était humiliant. Une job si simple.

C’est là que j’ai vu les limites de ma super diète qui consiste à alterner entre jeûner et pas manger.

Avec mon énergie au minimum, il faut croire que de me tenir debout et cocher des noms, avec un peu de chaleur et de nervosité, c’était trop.

Et pour mon entourage proche, ce n’était pas une grosse surprise. Ma vitalité est en chute libre avec ma dépression qui continue d’empirer et les différents antidépresseurs qui continuent d’être totalement inefficaces. Sans compter la travailleuse sociale qui devait me référer un psy depuis longtemps qui est impossible à rejoindre.

Je suis loin d’avoir maintenu un rythme de vie qui est sain. En fait, j’ai un peu abandonné sur moi-même. Je me suis mis à juste dormir. Dormir tout le temps. L’énergie n’était pu là. Pour rien. J’ai cessé de me laver. De voir du monde. Même que la première fois de ma vie, j’ai perdu l’énergie pour écrire. Ce qui est terrifiant parce que d’habitude, c’est une des rares choses qui m’apporte de l’énergie.

MAIS…

Il y a eu du positif dans les derniers jours. Vendredi, j’ai appris qu’après trois demandes infructueuses à la RAMQ, j’ai finalement été accepté comme « patient d’exception » pour un antidépresseur qu’on essaie d’avoir depuis une éternité. Bon, on ne sait pas si ces méds seront mieux que les autres, mais ils DEVRAIENT aider.

Aussi, j’ai finalement réussi à rejoindre ma travailleuse sociale qui me snobait en contactant une autre travailleuse sociale pour aller lui mettre de la pression. Elle m’a écrit un petit courriel pour dire que je devrais avoir des nouvelles de mon nouveau psy dans « quelques semaines ». C’est ce qu’on m’avait dit en juillet, mais bon, espérons que cette fois, c’est la bonne.

Bref, c’est bizarre parce que j’ai ce nouveau positif qui arrive d’un coup, mais je suis tellement mal en point et profond dans ma marde. Je passe mes journées à dormir (tu peux pas t’imaginer combien je dors) et me trouver nul et ça va tellement me prendre d’énergie et de temps à me sortir de ça que j’ai beaucoup de misère à y croire. Genre, l’idée de pouvoir un jour être heureux ou être un parti attirant pour quelqu’un dans cette vie-ci me semble tellement irréaliste.

Mais bon, je devrais commencer les nouveaux antidéps demain.

1 commentaire

  1. V

    C’est vraiment difficile le chemin en gravelle pis quand on est là-dedans on se sent tellement loin de la lumière au bout du tunnel que c’est noir-noir-noir. Mais à force de poser de petits gestes dans la bonne direction, même presque insignifiants, la roue repart et ça devient moins lourd. Lâche-pas, y a du monde qui serait près à tuer pour avoir ton talent à l’écriture. You go boy!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 10putes.com

Thème par Anders NorenHaut ↑