Éric Duhaime


Éric Duhaime a raison sur une chose : il canalise une colère dans la population. 

Je regardais son entrevue avec Paul Larocque et c’était du grand Éric Duhaime. Je lui reconnaissais ses qualités de débatteur que j’avais remarqué dès son arrivée dans notre paysage médiatique autour de 2008. 

Dans mon cas, c’était lors d’une émission de débat de Télé-Québec animé par Stéphan Bureau qui s’appelait « La Joute ». Oui, le même nom que les débats d’aujourd’hui à TVA. D’ailleurs, le concept se ressemblait un peu parce que c’était trois participants invités à débattre sur différents enjeux de société et le jeu était d’être celui qui défend le mieux ses positions. 

Je le connaissais zéro, mais en quelques minutes, c’est devenu mon préféré et dans l’émission que je regardais, il a clenché tout le monde. Le gars est tellement habile pour argumenter. Il n’est jamais pris au dépourvu. Il est sûr de lui. Il sait gérer les perceptions du public et le rallier à  sa cause. Vraiment, un talent rare. (Surtout au Québec, si on se compare à la France.)

Bref, il me tombe dans l’œil (ahah) et je me fais une note mentale de retenir son nom. 

Lorsqu’il est interviewé quelque part, je fais l’effort de porter attention et à travers le temps, j’apprends à le connaitre. Contrairement à La Joute où l’on demandait aux participants de parler de sujets complètement disparates comme le permis de conduire à 16 ans ou la pertinence des avertissements sur les pubs de cigarette, j’apprends à le connaitre lui. Qu’est-ce qui le drive? Quelles sont ses valeurs? De quoi rêve-t-il comme modèle de société?

Je le vois sur des tribunes avec Mathieu Bock-Côté revendiquer un arc gauche-droite dans nos médias pour qu’on l’engage lui, se positionnant à droite. Et ça s’est pas mal produit comme il le souhaitait. Duhaime s’est vu offrir plusieurs tribunes et encore une fois, j’ai appris à le connaitre de plus en plus. 

Vous devinerez peut-être que rendu là, mon admiration pour lui n’était plus aussi étincelante, et je veux vous expliquer pourquoi. 

Ça vaut ce que ça vaut, mais je me considère assez doué quand vient le temps de cerner les gens. Alors si vous êtes un fan d’Éric Duhaime, vous pouvez discréditer ce que je vais dire très facilement. Vous dire que je me trompe. C’est correct. 

Je vais quand même préciser que mon analyse se veut sincère. 

Il y a deux choses que je veux dire sur Éric Duhaime : ce qui le drive, et ce dont il rêve comme société.

Ce qui drive Éric Duhaime, c’est ce qui drive beaucoup de gens dans les médias : il veut être important. Il veut être vu et pouvoir s’exprimer. Un des trucs qui le distingue, c’est combien il n’a pas nécessairement à penser ce qu’il dit. Il veut avant tout être là. S’il a besoin de dire des énormités pour avoir un micro, il va le faire. S’il a besoin de dire des faussetés pour passer un point ou faire de l’auditoire, il va le faire. Il a zéro besoin de penser ce qu’il dit pour parvenir à ses fins. Il n’a pas cette ligne morale où d’autres se diraient que ça va trop loin. Bref, il est à l’opposé de ce que l’on appellerait un « homme de principes ». C’est d’ailleurs un des trucs qui le rend aussi redoutable dans un débat. C’est aussi pourquoi il ne prend pratiquement jamais rien de façon personnelle.

C’est pour ça que lorsque des gens avaient laissé une tête de porc devant une mosquée, Éric Duhaime était game de dire sur ses tribunes qu’il n’y avait rien d’illégal là-dedans et que c’était juste une farce. Il voulait une hot take différente de ses concurrents et il l’a trouvé. Il est loin d’être stupide. Il comprend parfaitement le symbole de la tête de cochon mort devant une mosquée, mais il connait aussi son public. Il sait comment nager dans la controverse et gérer le courant.

D’ailleurs, Éric Duhaime n’a pas besoin d’être écouté par des gens qu’il admire. Juste d’être écouté. Ça aussi, c’est quelque chose qui le démarque. Jamais Éric Duhaime ne serait ami avec l’un de ses admirateurs. La relation est à sens unique. 

Côté valeurs politiques, Éric Duhaime est un libertarien. Même s’il est dissimulé sous l’étiquette conservatrice, Éric Duhaime est beaucoup plus libertarien que conservateur. Et personnellement, c’est ce qui me dérange et le pourquoi de ce texte.

Il n’y a rien de mal à être libertarien, tant que c’est fait à visière levée. Tant que c’est clair. 

Duhaime veut démonter l’État québécois. Le déconstruire bloc par bloc. 

Il n’est pas en politique pour autre chose que les deux choses que je viens dire : il est là pour être vu, et démonter l’État. Dans l’ordre. Il va aller devant tous les kodaks pour s’attaquer à tout ce qui ne fonctionne pas pour justifier qu’on l’enlève. Où il y a des monopoles publics, il va les briser. Là où il y a une bataille entre le public et le privé, il va tirer dans les jambes du public.

Même lorsqu’il propose du transport en commun à Québec, c’est dans l’unique but de démontrer qu’on ne l’utilise pas et pouvoir régler la question à son avantage. Il veut tout déconstruire et jamais il ne va en souffrir parce qu’il est intelligent, débrouillard et plein d’argent. Ce n’est jamais lui qui souffrira des changements qu’il désire. 

Il veut une société où tout le monde s’arrange tout seul. Chacun pour soi. C’est une des raisons pour lesquelles il plait autant aux gens en colère et aux gens qui se sentent seuls. C’est souvent comme ça qu’on vient à souhaiter ce genre de modèle de société. 

Lorsqu’on se sent largué par le groupe, on se dit « fuck le groupe ».

Je vais d’ailleurs conclure là-dessus. Si autant de gens se sont sentis exclus du groupe, c’est la faute du groupe. Comme société, on doit se regarder dans le miroir parce que c’est notre devoir collectif de laisser le moins de gens derrière. Clairement, on a failli de ce côté, mais je ne peux pas être plus catégorique : la solution à ce problème, ce n’est pas Éric Duhaime.

Duhaime à Paul Larocque : https://fb.watch/fjiGfDmhF_/

La Joute : https://avantigroupe.com/television/la-joute/


Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.