Catégorie : vieux monologues

La vie c’est de la marde

Sans farce, qui est heureux?

Heureux-heureux, l à?

Amour : Tu t’es pogné ton premier et seul choix.
Sexe : Juste la bonne fréquence. Pas besoin de plus de variété que ça.
Job : Super trippante, boss cool, salaire juste bien dosé.

Heureux de m ême?

J’ai une théorie que, pour chaque heureux dans la vie, il y a mille malheureux. Ironiquement, ces milliers de malheureux se feront chier à travailler comme des défoncés pour se payer le luxe d’aller voir en show… les heureux! (les rock stars, les joueurs d’hockey, les danseuses…)

(une triade, je me sens sale)

Pourquoi c’est comme ça? Parce que la vie, c’est de la marde.

La vie est chienne mais pour faire croire qu’elle a bon coeur, elle a donné d’autres façons d’ être heureux. Une des plus populaires est : être cave.

Sans déconner, être cave est une excellente façon d’ être heureux.

Quand je descends en Abitibi, je tombe toujours sur le poste communautaire où des matantes font de la danse en ligne. Je peux comprendre qu’ à un certain âge, on ait envie de faire la seule danse qu’on est foutu de faire avec d’autres madames tout aussi incompétentes pour atteindre une sorte de symbiose de médiocrité. Mais le faire en se filmant et en étant conscient que ça passera à la TV à la vue de tout le village? Personne que je respecte ne ferait un suicide social du genre ( à moins d’ être grassement payé) et pourtant, ces matantes-là sont cent fois plus heureuses que n’importe qui.

C’est justement cette espèce d’inconscience-là qui permet d’atteindre le bonheur.

Un autre exemple : les petits couples caves qui s’habillent pareils. Parce que l’amour ne rend pas qu’aveugle, il rend cave. Tout le monde a déj à remarqué ça. Ils sont deux à porter le m ême coat des dolphins de miami bleu poudre avec un genre de fini semi-miroir weird. M ême MOI je juge leur linge! Mais checkez-leur le smile! Ils rayonnent! T’as beau te payer leurs gueules, ils s’en renderont m ême pas compte. Côté bonheur, ils sont imbattables pour la vie.

Trop caves pour être malheureux!

Parce que si t’es pas cave et que t’as un peu d’expérience en vie, tu sais que l’amour, c’est juste une recette pour se casser spectaculairement les dents. Tu sais que toutes les relations de ta vie vont finir par chier sauf si t’es assez chanceux pour crever au milieu d’une, juste avant qu’elle fuck.

Mais en début de vie, quand tu la connais pas et que t’as encore le coeur vierge, t’es naïf pis tu lui fais confiance. T’es donc ouvert à l’amour.

Pis l à, tu commences à regarder les filles. Ça donne espoir. Elles ne sont pas toutes belles mais quand m ême, certaines sont particulièrement hawt. Et dans les particulièrement hawt, rares sont les particulièrement trippantes, mais elles existent! Et après tous ces filtres dont la vie avait négligé de nous parler, tu te rends compte d’un truc cruel : la petite poignée de filles qui reste, elle n’est jamais disponible. En fait, elles sont la plupart du temps matchées avec les rock stars, les joueurs d’hockey, les danseuses…

(deux fois une triade merdique, ça s’annule)

Mais malgré ça, ton restant de naïveté t’amènes à essayer quand m ême et tu finis par en trouver une de la gang qui fait la job. Quelque chose de raisonnable. Évidemment, c’est juste une question de temps avant que tu te tannes. C’est fait comme ça. Alors t’essaies de compenser en jouant un peu avec une deuxième, ça vexe la première pis tu te ramasses tout seul. C’était l’fun, hein? C’est ça la vie.

Tu vas répéter ça une coupe de fois et mourir seul.

Grâce au sexe. La vie s’est surpassée sur celle-là. Parce que bienque que la vie soit de la marde, c’est de la marde rusée. Le sexe, c’est la crosse que la vie a trouvé pour survivre. Ç’aurait pu être juste une bonne façon d’avoir du fun mais non, il fallait que ça donne des bébés. Ou si t’es chanceux : des maladies. C’est pour ça qu’un groupe de misérables ont tentés de contourner le problème avec l’invention du condom.

C’était enfin la chance pour tous d’atteindre une belle vie épanouïe. De profiter de la vie.

Donc tu profites et profites de conqu êtes en conqu êtes. C’est plaisant mais la pornographie est l à pour te rappeler que ce n’est pas parfait. Elle te montre ce que tu manques mais personne ne baise de m ême. À part moi, ça n’existe pas. La plupart des filles n’aiment pas ça comme ça. En fait, les gars et les filles trippent rarement sur les m êmes affaires.

Mais bon, je ne veux pas passer pour un chialeux. Le sexe est quand m ême dans ce qu’il y a de mieux pour passer le temps. Jusqu’au jour où le condom pète.

C’est inévitable! Tu n’avais qu’ à ne pas faire confiance à la vie, sucker!

Et vous remarquerez, quand un condom pète, c’est rarement avec la fille qui ferait une bonne mère. Quel genre de sélection naturelle que c’est ça? Avec son grand coeur, la vie a décidé que le meilleur sexe, tu l’aurais avec les filles qui feraient les pires mères. La capote qui t’abandonne, ça arrive toujours avec la fille qui prend ça rough et partout. D’ailleurs, au nombre de fois où tu changes d’orifices avec elle, c’était quoi les chances que ça lâche dans celui qui donne un kid?

Pas besoin de répondre.

Après deux-trois fois, tu te tannes. T’essaies de trouver le bonheur avec des moyens un peu moins couteux et/ou naturels comme l’alcool et les drogues. Parce qu’une fois qu’on sait que le bonheur est réservé aux abrutis, on se dit : «Hey! J’ai peut- être beauuuuucoup trop de cellules pour rien! » Ça serait trop simple. La vie ne tolère pas les imposteurs bien longtemps. Si tu passes ta vie défoncé, ça finit par fucker le reste.

On pourrait avoir le goût de se suicider, mais la vie ne nous dit pas ce qu’il y a après. Il faut dire que ce n’est pas dans son intér êt. Et les chummeys seraient en criss. « Hey le sale, si tu penses qu’on a tous accumulé des jobs de marde, une famille pis des colisse d’air miles pour qui en aille un smatte qui se pousse avant la fin, tu te trompes en osti! »

J’ai un ami qui a trouvé une solution alternative/équivalente : il est entré dans les Chevaliers de Colomb!

Riez pas, c’est plein d’heureux là-dedans. Il a eu droit à son initiation d’entrée et tout le kit. Un de leur groupe m’a écrit (wow! un chevalier m’a écrit!) un courriel pour me demander si j’avais une anecdote humiliante sur laquelle ils pourraient le narguer un peu durant leur petite f ête. J’ai replyé : « Il vous a tu conté la fois qu’il est entré dans les Chevaliers de Colomb? »

Pas eu de réponse.

Pis je la trouve encore drôle en ce moment avec mon laptop sur les cuisses devant la télé. Mais je ne suis pas plus heureux. Et comme je dis tout le temps : « Les heureux gagnent ». Ils doivent bien avoir quelque chose que je peux adapter pour faire mon bonheur.

Et je pense que je viens de comprendre, en écoutant V télé.

Dans ta face, Vie! (oh oh!)

Le truc, je pense, c’est de remplacer l’inconscience des caves par de l’insouciance. S’en câ-li-sser. Les caves atteignent le bonheur en ne voyant pas qu’on rit d’eux, les autres doivent apprendre à s’en sacrer. Se foutre de ce que les autres penseront. Ne jamais bouder son plaisir.

Métaphoriquement, porter confortablement ses bas blancs.

Bon, ça ne reste qu’une théorie.

C’est sûr que d’aller s’abrutir à la taverne une fois de temps en temps, ça ne peut pas nuir.

Si la vie est encore de la marde après ça et que ton niveau de bonheur ne rivalise toujours pas avec les osti d’heureux, eh bien… tu peux toujours partir un blogue pour les traiter de caves.

Ma première fois

Ma première fois, c’était en 92.

Ce qui est poche quand tu commences à faire l’amour, c’est que t’es pu tout seul.

Pour elle, c’était un truc vraiment important, pour moi c’était plus le typique ado : « Woah… SEX! ».

Avec un peu de bave.

On a vraiment planifié ça classe. Le souper avec bar à pain chez Pacini, l’achat des condoms en couple chez Jean Coutu, la chambre avec lit double chez mes parents. La grosse affaire.

Ma chambre a pas de fen être faque il fait très noir, c’est très cool. Je me vois pas le nez, mais c’est très cool! Anyway, on a pas mal fait le tour dans les semaines précédentes et on se ramasse vite aux nouvelles parties à défricher. C’est d’ailleurs l à que j’ai réalisé qu’en 1992 en Abitibi, il y a quelque chose qui est pas encore à la mode : l’épilation intégrale.

C’est elle qui s’occupe de la capote parce qu’elle a de l’expérience. Je suis son deuxième! La catin. Je lui refile la capote avec mes mains qui shake, elle m’installe ça avec ses mains qui… ok je sais pas trop ce qu’elles font mais c’est très cool!!

Une fois qu’elle commence à me mettre la capote, il se passe de quoi de bizarre. T’sais à l’école t’as une prof de bio qui s’improvise sexologue sur une heure de diner pour expliquer que porter le condom, c’est cool pis que ça change rien au feeling. Bullshit!!

C’est la première fois, on feel wild, on y va pour le missionnaire. Elle se couche sur le dos pis moi je me place en genre de position push-up par dessus mais j’ai une main qui aide mon truc à s’enligner. M’enligner sur quoi? J’ai au-cune idée.

Pis ça commence à paraitre.

Il aurait fallu filmer ça avec une caméra infra-rouge. Je vois zéro. J’essaie de tâter le terrain avec mon truc mais je sens rien avec l’osti de capote, mon bras gauche commence à shaker pendant que je continue à fouiller dans à peu près trois pieds carré de tourbe. Mon coeur pompe en malade et pourtant, je commence à manquer de sang à deux endroits très stratégiques. Un des endroits me dérange plus que l’autre parce qu’honn êtement, à ce moment-là, avoir eu le choix, j’aurais opté pour la perte de conscience. J’avais l’air d’un campeur qui essaie de poser sa tente en pleine nuit pis qui a oublié ses tiges chez eux. Je me dis que ça peut pas aller plus mal que ça. Jusqu’ à ce qu’elle se mette à brailler pis qu’elle me dise « Tu me trouves pas beeeelle! ».

C’est ridicule, c’est mon idéal féminin, elle est parfaite mais dans la situation je me dis « Hey, c’est peut- être pas mauvais qu’elle pense que c’est de sa faute à elle. » Finalement, je lui offre tout mon réconfort avec une phrase de champion : « Ben non bébé… je te vois m ême pas. »

L à elle me demande « As-tu déj à été… t’sais… assez dûr? » L à, avec un cerveau qui fonctionne, c’est un débat qui tougherait à peu près un vingtième de seconde mais dans les circonstances, je me le demande vraiment. Je suis en pleine adolescence, je suis bandé à peu près 23 heures sur 24. Je me branle 6 fois par jour et quand je parle avec une fille, je prends une minute avant de me lever le temps que ça redescende mais je finis quand m ême par conclure que je suis un ostie de freak et que le sexe, ça serait pas pour cette vie-ci.

Pire feeling au monde.

Il m’aurait tellement fallu une femme d’expérience qui puisse me dire que c’est des trucs qui arrivent. Des histoires de cul qui tournent mal, toutes les filles en ont des tonnes. Les gars, eux autres, parlent jamais de ça! Pourquoi on a honte de ça mais pas de conter la fois qu’on a grimpé 3 filles en fesant du pouce à Maniwaki? « Quand je suis nerveux, je bande pas. »

Un vrai homme assumerait ça sans problème.

En attendant, j’ai elle qui pleure. Quoi c’est moi qui doit offrir le réconfort? Moi ma vie elle est terminé! Elle, elle va être ben correct. Une fois qu’elle va s’ être épilé ça.

Faque on se console un peu pis on finit par aller prendre un bain. Et c’est l à où j’ai eu droit à ma toute première fellation. Ça s’est super bien passé!

Le lendemain à l’école avec les boys, j’ai pu montrer que je suis un vrai homme. Et je leur ai raconté l’histoire du bain de A à Z.

Réécriture, hypersexualisation

Bon, mon devoir de la semaine passée qui était ordinaire, est encore pas mal aussi ordinaire. J’ai suivi les conseils que le prof m’a donné faque il est juste un peu plus condensé. Il n’est toutefois pas vraiment plus drôle.

Ça se peut tu que chez nos jeunes, on se foute un peu des gars? Le décrochage chez les gars, on s’en fout. Le suicide chez les gars, on s’en fout. Le cul chez les gars, à part quelques adultes qui trippent là-dessus, on s’en fout. C’est pas des trucs banales et pourtant qu’est-ce qui fait la manchette concernant nos jeunes? L’hypersexualisation de nos jeunes filles.

Nos petites filles ont la pression d’ être minces et se sentent obliger de se faire poser des boules pour leur graduation. Et en plus de tous ces problèmes graves, elles seraient aussi trop cochonnes! C’est Lise Payette qui doit pas être contente. Pour elle, sexy ou féministe, faut que tu choisisses. On se demande toute quel choix elle a fait.

C’est quand la dernière fois qu’on a vu un topo du genre «Nos garçons sont trop sexualisés» ou ben «Scandale, nos garçons font des cunnilingus à 12 ans.» Ben non. Boys will be boys. Fin du débat.

L’autre fois je lisais un article sur un petit gars et une petite fille de 14 ans qui avaient gagés une pipe. Évidemment, on s’est vite mis à plaindre la pauvre fille exploitée. Pourtant c’était son idée! Et c’est qui la victime là-dedans? On s’entend tu qu’un kid de c’t’âge-là est pr ête à n’im-por-te quoi pour une blowjob? La fille peut le faire faire ses devoirs, lui faire écouter Loft Story. Le kid, s’il le faut, va m ême aller jusqu’ à se laver. Encore, on plaint la petite fille.

Les pauvres filles qui se sentent obliger de rester mince comme sur les covers de magazine parce que les covers de magazine avec des grosses, elles en achètent pas. Et il y a l’influence de la pornographie. Pourtant, avez vous déj à vu des films de porn? Tant qu’ à moi, il y a pas mal plus de quoi complexer un gars. Les gars sont plus qu’amenchés pour veiller tard. Rendu à cette taille-là, ils peuvent veiller tard et partir pour une go de 3-4 semaines facile.

Au moins les filles, elles, peuvent avoir recours à de la chirurgie avec des vrais médecins. Ça a évolué et c’est rendu courant. Nous, nos ressources c’est des courriels de penis enlargement. Bonne chance le grand! Et l à je parle de la taille mais c’est pas tout, t’es peut- être le seul comme moi qui est pas circoncis. Parce que dans la porn, le prépuce c’est tellement out! Ça va peut- être revenir « in » comme la moustache un moment donné mais je le garde quand m ême en attendant. Ça repousse moins vite.

Mais côté taille, tu peux pas vraiment te faire grossir le pénis. T’as personne qui se fait siliconer le bat. Ta seule option c’est de le rallonger un peu. En fait tu rallonges rien, tu te fais juste reculer un peu le scrotum. Ouais, ça se demande moins ben pour une graduation. Et ça a ses limites, parce qu’ à force de te faire reculer la poche, tu vas finir par te chier dedans.

Monologue sur le suicide

(J’ai déj à vu que c’était de la marde les monologues à la radio faque en voici un en texte. C’était écrit en fonction de la scène m ême si c’est sûrement mieux lu qu’entendu.)

Y a-t-il des suicidaires dans la salle?

Voyons, soyez pas g ênés. Un peu de courage.

Lâchez-pas, ça s’en vient. Moi j’en ai été un longtemps, mais non-pratiquant.

Pour ceux qui le sont, j’ai un assez gros scoop pour vous autres. J’ai pogné ça aux Francs-Tireurs cette semaine. Ils avaient un expert en suicide. Je sais pas en quoi il était expert, s’il a de l’expérience ou quoi vu que visiblement, il est vivant donc pas ben bon là-dedans. En tout cas, il nous apprenait de quoi de vraiment pertinent : le suicide est irréversible!

Non mais c’est bon de le dire parce que les suicidaires, quoi que du bon monde, négligent souvent des informations importantes. Prenons ceux qui se suicident dans le métro, par exemple. Ils ont un pourcentage de réussite de quoi? Vingt-cing pour cent? Ving-cinq pour cent c’est peut- être bon pour Québec Solidaire, mais comme taux de réussite pour un suicide, c’est pas fort fort. Sans oublier que le soixante-quinze pour cent qui s’en sort, il s’en sort en perdant une coupe’ de morceaux. Pis c’est souvent des morceaux qui sont pas plaisants à perdre. L à, t’as déj à de la misère à avoir une vie qui a du bon sens pis tu te ramasses amputé en plus. C’est comme si t’essayais de faire un château de cartes pis finalement tu dois le faire dans une piscine à vagues.

Mais faut leur dire, c’est irréversible. L’autre fois y’en avait un qui racontait qu’il avait choisi le pont Jacques-Cartier, mais le pauvre gars avait le vertige! Mais l à c’était pas un lâcheur, il a pris son courage à deux mains pis a réussi à monter pis l à ben, le pire est finalement arrrivé.

Il s’est ramassé à Longueuil.

C’est qu’ils ont installé des espèces de grilles tout le long du pont pour les emp êcher de se tirer en bas. Voulez-vous ben me dire ça donne quoi? C’est vraiment sous-estimer la persévérance des suicidaires. S’ils le font pas l à, ils vont le faire ailleurs. Pis l à, le problème c’est qu’ailleurs ben ils mettent les gens en retard! L’autre fois dans le métro ça a pris au moins quarantre-cinq minutes à ramasser tous les morceaux. Pis faut faire vite, parce que ça va juste augmenter bientôt. Vous imaginez? T’attends le métro, ça va déj à mal dans ta vie et on t’annonce « Prochain arr êt, Laval. ». Ouch.

L’idée de la grille le long du pont est pas complètement mauvaise. Il y a moyen d’adapter ça pour rentabiliser notre investissement. On pourrait les laisser l à, sauf qu’on en enlève une petite partie à un endroit bien précis sur le pont où tu les laisses sauter. En concentrant les sauts à la m ême place, ça ferait une belle pile facile à ramasser. Tu peux m ême placer un gros container flottant pour qu’ils tombent direct dedans pis tu vides ça une fois de temps en temps, quand c’est plein ou que ça déborde.

Bon, je m’égare. Ce que j’essaie de vous dire, c’est que si certains réalisaient que c’est irréversible, ils prendraient peut- être le temps d’y réfléchir un peu plus. Et peut- être qu’en y réfléchissant plus et en leur enlevant des options, le découragement pourrait venir à bout de leur persévérance tenace. Et une fois qu’ils abandonneraient, ça pourrait donner de quoi de plus productif. Sinon ben peut- être un pas pire texte pour un blog.

Vieux texte humoristique bof

Je voulais qu’il soit dans les archives du blog à qq part. Plein de trucs faudrait je corrige dedans qui m’énervent vu que je l’ai écris en vitesse mais il est déj à pas mal démodé faque ça vaut pas la peine. Alors voil à :

Il y a toujours une expression à la mode avec laquelle les média nous font faire une overdose. Un bout, c’était la maladie de la vache folle. AAAH! Les vaches ont dijonctées et vont toutes nous exterminer! Après c’était la grippe aviaire. AAAH! la revanche des poulets kentucky! Je savais qu’on payerait pour les erreurs du colonel! Le SRAS. AAAH…… C’était quoi donc le SRAS? Peu importe. Mon point c’est qu’ils nous parlent toujours d’une maladie épouvantable avec des bebittes qui nous attaquent.

Mais l à le pire de pire est arrivé. C’est pu des farces. Sont en train de me faire capoter avec ça. Êtes-vous pr êtes? Les accomodements raisonnables. Chu pu capable! On se fait attaquer par des malcommodes! May day may day!. Non mais sérieusement il y a ben trop de niaisage avec ce débat-là. Tu vois tout le monde « qu’est-ce qu’on va faire? », « qu’est-ce qui est raisonnable » « qu’est-ce qui est pas raisonnable? », « qui est le maitre du loft? ». Hey maudit taponnage. J’étais avec mon chummey, je lui ai dit « chummey, je l’ai la solution moé, je sais qu’est-ce qui va dire si quelque chose est raisonnable ou pas, un truc infaillible, parfait. ». C’est un bon chummey, le genre de chummey avec une t ête sur les épaules, il le savait l à que je tenais de quoi de gros. Il me demande c’est quoi avec son grand regard curieux. Faque l à je lui dit : « C’est simple, c’est moé qui va décider, chummey! »

Il a paru un peu déçu de ma réponse. Mais l à c’est normal c’est pas le gars le plus wise au monde hein. Comme on dit, il mettrait pas le feu mais il saurait pas comment l’éteindre non plus, t’sais.

Il me croyait pas trop faque je lui ai demandé de me tester. Il me demande « est-ce que tu permettrais de givrer les fen être des centres de gym pour pas que les enfants voient les filles s’entrainer? ». Pfff ben voyons donc, jamais! Si on peut pu checker des chicks pédaler pendant qu’on leur mange de la crème à glace dans face, qu’est-ce qui nous reste? C’est qui les caves qui demandent ça? L à il m’explique que c’est des juifs qui ont demandé à un propriétaire de YMCA de givrer les fen êtres pour pas que leurs enfants voient ça. Des juifs? Bon ben c’est réglé, si sont pas content qu’ils retournent chez eux hein! Hey on est chez nous icitte.

Encore une fois, il a paru un peu déçu de ma réponse, m ême que j’ai senti un petit soupçon de mépris. C’est l à qu’il m’a expliqué que les juifs étaient ici depuis le 19ième siècle faque ils étaient autant chez eux que n’importe qui pis que non, le pays de la Juiverie, ça existe pas. J’avais mes doutes mais je l’ai cru pareil.

Faque l à je me calme un peu, c’est beau j’ai été cave, j’ai parlé trop vite. J’ai pas pris le temps de réfléchir pour vrai. Mais l à je vais me forcer pour vrai. Attention. Faque je réfléchi ben fort pis l à une question me vient enfin, quelque chose de pertinent, quelque chose qui va faire avancer le débat. Je lui dit « Chummey, elles ont l’air de quoi ces filles-là? ».

Nonon mais c’est pas fou comme question. Moi j’imagine des belles filles qui s’entrainent avec les pectoraux qui revolent partout pis toute mais avez vous vu la représentante de ce gang de chialeuses-là? Ça serait pas SI grave que ça de la cacher un peu, non? M ême que peut- être un peu flou elle serait juste correct.

Ça avait pas l’air de faire son affaire non plus, m ême qu’il a comme rajouté une couche de découragement par dessus le soupçon de mépris de t’ à l’heure. Je lui ai dit « Écoute chummey je sais pu moi. C’est pas mal plus compliqué que je pensais, y’en a pas de solution simple à ton histoire. » Il me dit ben simplement « Ben le propriétaire du YMCA aurait juste pu juste dire non si ça lui tentait pas de les accomoder. ».

Pfff hein!? Je suis parti à rire. Complétement stupide. Voyons donc si on peut laisser décider n’importe qui de m ême. Mais bon, comme je disais, c’est pas le gars le plus wise au monde. En m ême temps, c’est pour ça que moi je suis un adulte avec un travail et des responsabilités pis que lui joue au ballon-chasseur en sixième année.

© 2020 10putes.com

Thème par Anders NorenHaut ↑