Moi et ma mère

On ne va pas très bien dans les dernières années. Tous les deux, on essaie toutes sortes de pilules dans un espoir de mieux aller, sans trop de succès steady. C’est tough pour moi de ne pas la regarder comme une espèce de version de ce qui m’attend. Elle est tellement tannée et je la comprends parce que moi, déjà à mon âge, je le suis aussi.

Passer le temps

Je pense que j’ai le 2021 le plus ennuyant de la planète.

Pour ceux qui n’ont pas trop suivi (t’as bien fait), j’ai fait un switch d’antidépresseurs dans les derniers mois vu que mes anciens n’étaient pas assez efficaces et que je n’étais plus capables d’endurer leurs effets secondaires.

On a opté pour un switch croisé pour une autre sorte sur six semaines et le résultat a été… un échec total.

Crime que ça n’a pas marché! En gros, j’ai eu l’impression de juste arrêter mes anciens et de switcher pour rien.

C’est frustrant en crime parce que ça se passe sur deux mois (c’est long, deux mois) où tu files comme de la marde et je n’ai même pas eu le résultat positif à la fin pour compenser. Je suis maintenant sur les nouveaux antidépresseurs, mais ils me soutiennent à peine. Je dors beauuuuucoup trop. Genre, de 9 à 9 et je filerais pour dormir encore l’après-midi parce que je suis dead.

Sans compter TOUS les autres symptômes dépressifs.

Le nouveau plan est d’essayer une autre sorte d’antidépresseurs. Le hic, c’est que la nouvelle sorte n’est pas couverte, alors il faut faire une demande spéciale qui prend quelques semaines. Je le sais parce qu’on avait essayé l’année passée. Là, est-ce qu’elle sera acceptée maintenant que j’ai essayé d’autres trucs? C’est le petit espoir qu’il me reste. Le doc est confiant, mais moi bof.

C’est vraiment tough de rester dans ce mode attente. Les journées sont longues. Je m’étais dit que je serais un 5-6 semaines out pour mes projets, mais là, ça s’étire. J’ai l’impression de toujours bloguer le même texte de marde. J’ai aucune motivation pour RIEN et j’essaie juste de me rappeler que c’est normal dans mon état, de ne pas faire de geste stupide et juste passer le temps.

Mais passer le temps sans motivation, ce n’est pas super. Surtout pour l’estime de soi.

Je me suis remis sur Bumble en écrivant dans ma fiche que je suis « dans une passe sombre », mais même à ça, j’ai toujours la chienne d’avoir un match parce que je suis dans un état horrible. Juste quand je parle, je me sens leeeeent. Je ne suis pas en forme. Et j’ai l’impression que 95% des fiches écrivent « veut avoir des enfants » alors que j’ai de la misère à subvenir à mes propres besoins.

Côté écriture, j’avance surtout mon film tranquillement. C’est le seul point positif. Maintenant, il faudrait que je parle à quelqu’un qui déjà eu un film de financé pour connaitre les prochaines étapes.

Des requins, des bullies, de la perte d’énergie…

Les réseaux sociaux ont toujours été un repère à bullies, mais c’est de plus en plus vrai, peut-être parce que les faibles (ou les sages) finissent par en avoir marre et se poussent?

Twitter est sûrement le pire… Pour tougher là, faut être insensible, anonyme ou intimidant au point où on te laisse tranquille.

Sincèrement, si tu restes sur Twitter, t’as des questions à te poser. Il y a quelque chose qui ne va pas dans ta vie. Tu ne me feras pas accroire que ce climat-là te rend heureux ou heureuse.

Ça fait un bout que j’essaie de me tenir à une saine distance des petites guerres du jour parce que ça je sais combien ça draine et du peu que ça amène et pourtant, ça draine quand même.

C’est toujours ça qui remonte à la surface de ta timeline. Les mêmes petits clans qui se forment. Les tweets tout le temps 3x trop fendant pour rien. Jamais personne qui a l’intention de voir l’autre grandir.

Fuck l’autre.

C’est juste du gros piochage. C’est comme un match Rangers-Washington où si tu veux attendre que le karma fasse son oeuvre, t’es mieux d’être patient.

Réno, renouveau et cerveau décousu dead

J’ai failli virer cinglé dans les deux dernières semaines où on a remplacé le tapis chez nous par du plancher flottant. Pour quelqu’un en plein switch de médocs qui est habitué de vivre seul, c’était assez tough d’avoir chaque jour deux dudes qui débarquent. Surtout le bout où ils sont venus faire ma chambre et qu’ils pleuvaient dehors. Par chance, ils sont ben fins.

Ils devraient revenir mardi finir des petits détails de fin.

Je suis content du résultat par exemple. Le bois éclaire vraiment plus la place.

Ce qui gosse, c’est que ce n’est jamais fini. Il y a du bran de scie PARTOUT. Là, je passe la moppe pour enlever la couche de bran de scie sur le plancher, mais il y en a sur les murs, dans mon linge, dans mes crayons, sur mes oreillers. Sur la photo, on voit mon nouveau dancefloor incroyable et mes nouvelles chaises cool qu’on vient de m’offrir et que j’ai monté hier soir.

J’ai une bonne amie qui m’aide beaucoup avec la refonte de mon appart dans les derniers mois. Elle m’a refilé son vieux divan (qui rock), sa vieille table de cuisine (qui rock) et là, elle m’achète un paquet de petits trucs comme des ampoules qui sont des dépenses chiantes pour moi.

Moi, je n’ai jamais les moyens de rien.

Il y a quelque chose de profondément humiliant à tout ça. Ça me rappelle un monologue d’ouverture à Craig Ferguson où il disait « it’s embaaaarrassing ». C’est vraiment ça que j’ai en tête. C’est humiliant de pas être capable de subvenir à mes besoin à mon âge. Ce n’est pas sexy. J’essaie de déconnecter cette fierté-là qui ne fait que me drainer encore plus, mais ce n’est crissement pas évident.

Je pars de si loin, et je n’ai pas d’énergie.

On s’est moqué de ma base de lit de marde et je comprends. Elle m’énarve moi avec.

C’est quoi le best dans les bases de lit? As-tu un avis? Si le génie des bases de lit m’accordait un souhait, je ne saurais même pas quoi demander. Ce que je sais, c’est deux trucs :

  1. Quand la base est trop faible et molle, ça me scrap le dos
  2. Quand c’est en bois comme c’est là, c’est pas mouvement-friendly pantoute

Et par mouvement, je parle à la fois de mouvement de déménagement que sexuellement. Bref, si quelqu’un peut me dire quoi viser, je suis preneur de recommandations.

Là, je vais continuer la moppe et je pense que mon essai de Trintellix (mes nouveaux antidépresseurs) s’avère un flop. Je parle à mon doc jeudi donc je me laisse jusque là, mais je suis 90% certain que c’est un flop. C’est poche parce que si ç’avait été un succès, ça me ferait un genre de renouveau à plein de niveaux.

Désolé pour le post décousu. Je suis pas mal décousu ces temps-ci.

J’ai créé un effet de stories pour trouver The One!!

Après avoir vu dans les stories instagram des gens utiliser différents filtres AR du genre « Quel pokémon êtes-vous?! » où la réponse leur pop dans le front, j’ai décidé d’en créer un pour trouver The One!

Juste à prendre ton mobile et clique sur des liens selon l’app où tu fais tes stories!

Lien Instagram :
https://www.instagram.com/ar/4417182031631559/
Lien Facebook :
https://www.facebook.com/fbcameraeffects/tryit/4417182031631559/

La trop sweet Juliette (et ses grands yeux en santé) m’a aidé avec une adorable démo :

Moi, j’ai pogné comme résultat « chummey »! (La preuve que ça marche!)

Si tu l’essaies, tague-moi @tchendoh. Je vais faire un post instagram itoo tantôt. Je sais juste pas comment je vais faire pour y mettre des liens. En fait, je ne sais même pas encore comment trouver mon filtre sans le lien. :) #noob

Temps perdu (ou investi?)

Je continue mon switch d’antidépresseurs. J’en suis maintenant à ma 5e semaine et je trouve ça vraiment rough parce que je calice fuck all.

Dans le positif, les effets secondaires du Effexor sont presque tous disparus. Mes mains ont même arrêté de trembler! Le gros problème, c’est que je dors tout le temps. Genre, je peux dormir 12h dans une nuit et avoir besoin d’un autre 3h dans l’après-midi. Ça n’a aucun bon sens. Je n’ai AUCUNE productivité. Ce n’est pas une vie et ça m’inquiète.

Ce qui est le plus difficile à vivre, c’est de ne pas être certain ce qui arrive et de seulement avoir des théories. J’angoisse pas mal avec ça.

Théorie #1 :
Le Trintellix prend 6 à 8 semaines à s’activer pleinement donc il n’a pas encore kické et là j’ai seulement mes symptômes dépressifs . C’est la théorie la plus positive. À la semaine 6-7, je devrais recommencer à retrouver graduellement un rythme de vie normal.

Théorie #2:
Le Trintellix me rend fatigué à mort (ou calice juste rien) et je vais devoir switcher une autre fois de médoc et partir un autre six semaines de marde.

Théorie #3:
Il y a autre chose qui fait que je dors full. Genre de l’apnée du sommeil ou je sais pas le criss.

Je parle à mon médecin mercredi. J’espère qu’il pourra m’aiguiller sur tout ça parce que c’est déprimant d’errer dans le vide comme ça de jour en jour.

Passer ses journées à se sentir lâche et ne pas savoir où on s’en va, ce n’est pas super bon pour le moral. En plus, le Trintellix me donne la nausée quand je le prends le matin. Je ne sais pas si je vais m’habituer ou si c’est juste quelque chose qui va rester.

Je trouve vraiment ça difficile d’avoir autant d’efforts à faire juste pour essayer d’être moindrement normal. Je me sens aussi très seul à travers tout ça. Ajoute à ça la pandémie et la pauvreté et ça donne une passe assez joyeuse. Je me sens comme un super parti.

Bon, je retourne hiberner.