There is no spoon

Avant de commencer, j’aimerais préciser que ce cliché des pieds qui dépassent (dans la photo) ne m’a jamais fait de sens parce que c’est la première chose que tu mets au chaud.

Cela étant dit, j’ai une nouvelle théorie.

Pour m’endormir, je n’ai pas vraiment de rituel stratégique, mais ça ressemble toujours à moi qui se tourne sur mon côté gauche et qui fait la cuillère à deux gros oreillers. Un à la hauteur de mon bras que j’enlace, l’autre à la hauteur de mon genou qui fait la même job réconfortante.

Mais je m’endors rarement comme ça. Tôt ou tard, je finis par me retourner de l’autre côté et je finis à plat ventre en prenant mon 4e oreiller qui m’attend de l’autre bord.

C’est compliqué, hein? Et c’est long. J’ai toujours pris un temps fou à m’endormir.

L’équivalent avec des humains demanderait pas mal d’accommodements. Peut-être quelqu’un qui ferait la petite cuillère de début et qui pourrait s’endormir avant que je me retourne à la copine de l’autre bord qui dormirait elle aussi à plat ventre (même si c’est pas bon pour le dos) et que je pourrais aller emboiter ?

En jasant de ça ce matin, j’ai réalisé que tout ça me ressemble. C’est peut-être symbolique. Peut-être que c’est une façon d’évaluer les gens en amour. Par exemple, il y a des gens qui peuvent s’endormir n’importe où n’importe comment. Peut-être que ces gens-là sont aussi ceux qui sont bien en couple avec à peu près n’importe qui.

Ils sont faits pour la vie de couple.

Pour moi, en essayant d’analyser, c’est comme si j’avais besoin de vivre mon amour dans mes propres termes. C’est moi qui choisis si je me colle, quand je me colle, quand je me décolle. Et peut-être que le 4e oreiller est pas tant une deuxième chick que juste mon besoin d’avoir mes moments tout seul ? Ça ou Shakira.

Je sais pas, mais toi, qu’est-ce tu penses de ma super théorie?

Je suis allé voir Bohemian Rhapsody

Et c’était trippant!

Ma principale réserve était sur la crime de prothèse dentaire ridiculement géante. Je comprends que Mercury avait des grosses dents (même si je n’avais jamais remarqué), mais là, ça faisait tellement déguisement de Bye Bye. Surtout quand on connait la vraie gueule de Rami Malek, qui était excellent comme toujours.

D’ailleurs, Malek a déjà une gueule prononcée qui ressort. Ç’aurait pas été suffisant?

À part ça, le film était vraiment le fun. J’ai vu des gens se plaindre des problèmes de chronologie, mais un, je n’étais pas assez connaisseur de Queen pour m’en rendre compte et deux, ça ne me dérange pas trop qu’on prenne des libertés dans ce genre de film. J’avais adoré Straight Outta Compton pis c’était assez évident qu’on beurrait épais par moment.

En fait, j’aime bien qu’on romance tout ça et qu’on retrouve l’espèce de côté mythique que l’internet (ou l’âge?) nous a enlevé. D’ailleurs, selon Wikipedia, ce n’est pas vrai que Mercury pouvait couvrir quatre octaves. Mais bon, ç’a beau être du fake news, il avait quand même une voix folle.

Avant d’aller voir le film, j’avais aussi vu des critiques qui se plaignaient qu’on ne voyait pas adéquatement sa sexualité et qu’on faisait du « straight-washing », mais je n’avais pas cette impression en voyant le film, sauf qu’encore une fois, je ne suis pas un si grand connaisseur de Queen.

En fait, je ne connaissais même pas la toune Radio Ga Ga qui est pas mal cool. Toune qui a été écrite par le drummer et qui est derrière le nom de Lady Gaga.

J’étais content que le traitement soit pas mal feel-good. On reste très peu dans la maladie et les problèmes de drogue. Et s’il y avait quelque chose que je n’avais pas besoin de me rappeler, c’est la solitude de vieillir en solo alors que tes amis ont des familles.

 

Moi vs le psy

Le psy insistait pour que je fasse quelque chose afin de souligner le semi-succès de VDLP. Il me gosse souvent avec ça, célébrer les trucs. C’est qu’il trouve que j’ai tendance à laisser passer les trucs cool qui m’arrivent sans en faire de cas et je me ramasse à ne jamais assez les apprécier.

Du moins, c’est ce que j’en comprends.

Chaque fois qu’il m’arrive un truc bien, il gosse en insistant pour que je m’arrête et que je réalise combien que c’est quand même hot et bla bla bla. Perso, j’avais l’impression que le lancement était déjà pas mal ça. Un moment où tout le monde est venu me voir pour dire qu’ils aimaient mes trucs et/ou moi dans un évènement assez narcissique.

Mais ça ne lui suffisait pas. Et moi, ce sont ses idées qui ne me suffisaient pas.

Il proposait de faire une activité pour me gâter et avec du monde pour que je sorte de mon isolement, mais c’est un peu ça mon problème des dernières années : je n’ai pas vraiment de monde. Pas de go-to monde. Pas de hey-on-va-prendre-une-bière-ok monde.

Si je vais mal, je vais avoir des vrais amis qui seront là, mais il me manque d’amis d’activités ou je sais pas quoi. C’est un type d’ami difficile à expliquer, mais ça fait que dans une semaine ordinaire, je la passe tout seul.

Ce qui est weird, c’est que la plupart de mes amis ont des familles et quand tu leur racontes ça, ils voient les moments seuls comme un truc positif, mais ça n’a rien à voir. Moi aussi j’aime mes moments seuls. Le problème est lorsque tu n’as QUE des moments seuls. Quand t’es TROP seul.

Bref, quand j’arrive dans une semaine où je dois célébrer quelque chose de pas si hot, je ne sais pas trop comment, avec je sais pas trop qui, ce n’est pas évident.

Mais le pire, ce n’est pas ça.

Je suis conscient que j’ai ce problème-là. Je sais que je le traine depuis longtemps. Assez longtemps pour ne plus trop croire que je vais finir par y trouver une solution. Mon effort, c’est de faire des vox-pop sur Facebook ou sur Messenger pour essayer de trouver des idées que je n’ai pas encore eues. J’écris encore des histoires où des gars bof rencontrent des filles cool et ça me fait fantasmer sur quelques trucs irréalistes le temps de quelques jours.

Mais le pire, c’est le dimanche soir.

Le soir où je me rends compte que j’ai encore passé la fin de semaine à réfléchir sur comment je pourrais me sortir de tout ça et qu’encore un fois, je n’ai rien trouvé. Je me ramasser à aller marcher dehors avec le coeur gros et des gros écouteurs et je vis un down que je n’aurais pas eu si je n’avais juste pas mis d’énergie à y penser.

Chummey.com, le site de commande pour mon livre !

Mon site de commande pour se procurer VICTIME DE LA PORN est enfin officiellement en ligne : CHUMMEY.COM!

J’ai eu le temps de tester autant les commandes que les livraisons et à date, tout fonctionne #1! Et avoue qu’il est aussi pas mal cute! 😍

Je possède le nom de domaine depuis 2004 et je trouvais que ça fittait pour ce projet-là. Vos likes et commentaires sont appréciés!

Ce qu’il reste à créer, c’est un teaser pour donner une meilleure idée aux gens qui ne connaissent pas du tout l’univers VDLP. Je dois aussi indiquer la promotion du Vestiaire qui va s’étirer encore pour quelques semaines!

Pour les gens hors-Québec, mon livre est partout sur Amazon, mais pour les gens d’ici qui désirent une dédicace : chummey.com!!

À court et moyen terme

J’ai passé la fin de semaine à adapter Victime de la porn en version Kindle (numérique). Les logiciels pour gérer les livres numériques sont tellement boboches! Celui-là est le plus convivial, mais les options sont très très limitées.

Je dois surtout corriger les bogues d’affichage et essayer de placer les images à des endroits qui ont du bon sens. Je ne sais pas combien de fois j’ai repassé ce livre dans les 6 derniers mois, mais je dois être rendu à au moins 40-45 fois.

Si c’était pas si mal fait, je serais plus tenté d’ajouter plein de niaiseries. (Comme des messages audio.)

J’avais fait un appel à tous pour faire béta tester la version numérique par des amis qui lisent sur une liseuse ou une tablette, mais finalement, on peut seulement tester via un simulateur de liseuse. Pas certain que mes volontaires trippent là-dessus. Bref, le vrai test sera quand ce sera en vente. Un peu bouette.

La version Kindle devrait sortir à la fin novembre. Stratégiquement avant Noël, vu que je suis un génie du marketing.

Parlant de volontaires et de marketing, est-ce que quelqu’un voulait commander DEUX copies du VDLP papier? J’ai une longue liste de gens qui en veulent un, mais j’ai besoin de faire un test de livraison avec deux copies. Je dis ça de même, mais c’est une excellente façon de se le faire shipper avant tout le monde. :) #marketing

Pour la livraison ordinaire de copie à l’unité, je suis encore dans les tests et je devrais être fixé cette semaine. J’ai toujours espoir que chummey.com puisse enfin devenir un vrai site de vente pro.

Tout le code est là et super cute, mais il est tout caché en attendant d’être fixé.

J’ai une amie qui travaille dans un salon de coiffure où j’ai laissé une copie de Victime de la porn dans la pile de magazines. Ça pogne, pas pire! Elle m’envoie des photos des gens qui le lisent et ça me met de bonne humeur! :)

Mais là, je dois me magasiner un peu plus activement une job en informatique. Je vais répondre cette semaine aux recruteurs qui m’ont écrit sur LinkedIn. Crime que ça contraste avec l’écriture où c’est toi qui doit harceler tout le monde pour travailler.

Mon plan est d’arriver à…

  1. Me trouver une job steady en novembre.
  2. Commencer à me sevrer des antidépresseurs en décembre.
  3. Retrouver une vie amoureuse/sexuelle début 2019.

C’est ambitieux, hein? Pas encore de point #4 avec des enfants pis une maison en banlieue.

Mon appel à « Solutions pour Petites Entreprises » de @postescanada

– Bonjour, mon livre est 1 millimètre de trop pour être classé comme une lettre. Il est 2.1 cm alors que votre limite est à 2 cm.
– Oui, monsieur.
– Et là, au lieu de me coûter 5.40$, je tombe en mode « colis » à 14$. Mais personne ne va payer 14$ de frais de livraison pour un livre de 25$.
– Je comprends, monsieur.
– Je ne suis juste pas compétitif. Amazon fait ça à 5$.
– Je comprends monsieur, mais c’est la procédure.
– Je comprends, mais je vous appelle pour savoir s’il n’y aurait pas une façon de faire une exception.
– Un instant monsieur.

*attente*

– Quel est la largeur du livre, monsieur?
– 2.1 cm. C’est 1 mm de trop.
– Un instant monsieur.

*attente*

– Quel est le poids du livre, monsieur?
– 402 g.
– Un instant.

*attente*

– Oui, monsieur?
– Oui.
– On ne peut rien faire, monsieur. Votre livre est 1 mm de trop.
– Pour vrai? Mais pourquoi l’attente? Pourquoi vous m’avez demandé le poids?
РPour voir si ̤a exc̩dais la limite de poids.
РPis ̤a exc̩dais-tu?
– Non, monsieur.
– Mais… *soupir*
– …
– Écoutez, je comprends que c’est la procédure. Si j’avais connu la règle, j’aurais adapté mon livre en conséquence. La prochaine fois où je vais passer 2 ans sur un bouquin, je vais m’assurer de respecter votre procédure, mais là, en ce moment, j’aurais besoin d’une exception pour ne pas perdre vraiment beaucoup d’argent.
РD̩sol̩, monsieur.
– Ça dit sur ma carte que vous êtes les SOLUTIONS pour petites entreprises. C’est moi ou vous n’offrez pas vraiment de solutions?
– En fait, on sert surtout à expliquer ce qui n’est pas clair sur notre site web.
– OK, faque vous n’avez aucune solution pour ma petite entreprise.
РD̩sol̩, monsieur.

*soupir*