Auteur : tchendoh ( Page 1 de 1509)

Comment avoir du fun?

J’ai ma première léthargie depuis presque un mois.

Depuis que la thérapie de groupe a recommencé, j’ai réussi graduellement à me redonner un rythme de vie qui a du bon sens. J’ai réussi à m’entrainer tous les deux jours. Me mettre des plages horaire de travail. J’ai des trucs à lire, à écrire. J’ai aussi commencé à me lever toujours à la même heure et de plus en plus tôt. Rien qui impressionnerait un parent, ou quiconque en fait.

C’est ça qui est ridicule dans les démarches d’un dépressif en thérapie. Tu viens raconter que tu te lèves à 9h et on te dit de te féliciter et de te donner des tapes dans le dos, mais tu sais bien que pour 95% du monde, c’est paresseux af.

Mais bon, il ne faut pas se comparer, parait-il.

(Et je dois arrêter de me juger autant.)

J’avais réussi à baisser à 8h, que j’assumais plus, mais je pense qu’avec l’entrainement où j’essaie toujours de battre mes scores et tout le reste où je pousse pas mal, j’ai trop donné parce que depuis une semaine, je sens une fatigue de fond dont je n’arrive pas à me débarrasser et qui est mauvais signe.

Le truc que je n’arrive pas à ajouter à mon horaire et qui me manque, c’est le plaisir.

C’est ce qu’une des animatrices m’a dit. « Qu’est-ce qui te fait plaisir dans tout ça? » C’est important d’avoir du fun dans mes journées et pas juste me pousser à faire ce que je dois faire sinon, juste en me forçant et avec la discipline, je ne tougherai pas. Et je pense que j’en suis là.

Comme je lui ai dit, le problème, c’est que je ne sais plus ce qui me fait plaisir. Sûrement que la dépression y est pour quelque chose, mais si on me demande des activités où je vais éprouver du plaisir, je rush à en trouver. Sans compter que je n’ai aucun budget.

Je regarde des séries. À part ça?

Le truc que je n’ai pas dit parce que c’est un peu gênant devant un groupe, c’est combien les activités que j’aime reliées au plaisir sont reliées au sexe. Ce qu’elle m’a suggéré, c’est de trouver des activités que j’aimais faire avant ma dépression.

Je trouvais que c’était une bonne idée, même si je rush à trouver. Je pense qu’avant, j’avais plus d’amis proches et c’était une grande partie de l’équation. Je pense que beaucoup plus jeune, tant que j’étais avec mes bons amis, on avait du fun peu importe le contexte. Ma réalité semble si différente aujourd’hui.

C’est sûr que je manque encore de relations et que c’est un gros problème. Pour l’écriture, j’aurais besoin d’un mentor génial avec qui échanger. Pour le fun, j’aurais besoin de nouvelles amitiés. Pour le sexe…

Je me suis remis sur Tinder et Hinge cette semaine. J’ai un succès relatif, mais je suis une de ces personnes chiantes qui ne parle à aucun match parce qu’on dirait que je ne me sens pas prêt à être sur la cruise. Il faudrait que je les désinstalle plutôt que de faire perdre le temps de tout le monde (surtout le mien) avec ça.

Toi, c’est quoi les activités qui te font avoir du fun?

Chaque fois que je demande ça, j’ai l’impression qu’on me répond un paquet de trucs qui sont zéro mon genre (aller aux pommes) ou à ma portée ($$$), mais peut-être que ce sera différent.

Des fois, j’ai l’impression que mes activités préférées n’ont pas vraiment de nom. Genre, avoir une discussion enrichissante avec une personne intelligente sur un sujet trippant, je trouve ça le fun, mais ça ne somme pas tant dans ce genre de liste.

Mais bref, help!

Ça rembarque

J’ai recommencé ma thérapie de groupe il y a deux semaines (donc ça fait trois rencontres que j’ai) et je pense que ça contribue à ce que je me sente sur une petite lancée.

Justement, hier, je textais avec un ami d’Amos qui lui, est à l’opposé de ça ben raide. Pour lui, je suis assez intelligent pour régler mes problèmes par moi-même. Après tout, c’est ce qu’il fait, lui.

Même si le jugement me gossait un tantinet, je n’étais pas trop blessé parce que je sais qu’il donne son opinion sans savoir de quoi il parle. C’est un gars super old school alors ce n’est pas surprenant qu’il prône l’homme qui gère ses trucs entre lui pis sa caisse de douze. Sauf qu’il a raison sur un truc : je suis assez intelligent.

(Ahah!)

Et régler mes problèmes, ça implique d’essayer des trucs et lire des bouquins et demander de l’aide pour trouver des solutions parce que moi tout seul, surtout en dépression où mon jugement est affecté, je suis très mal placé pour m’évaluer tout seul.

En plus que plusieurs de mes problèmes de fond me mènent à m’isoler, alors ce ne serait pas super intelligent de m’isoler encore plus le temps de les régler.

Mais bon, le concept de thérapie de groupe est un peu en train de prendre le bord. Avant le break imposé de la covid, on était plus qu’une douzaine. Ensuite, on est passé à cinq, mais à la dernière rencontre, on était deux patients pour deux animatrices. Par chance, deux autres patients sont arrivés en retard.

Ce que j’aimais à douze personnes, c’est que c’était encore assez facile de me cacher. Je parlais souvent juste pour puncher ou pour trouver des solutions pour les autres. C’est pas inutile de trouver des trucs pour les autres parce que tu te sens utile. C’est valorisant. Aussi, t’entends ce que les autres disent et parfois, ça te rejoint.

La partie que je déteste le plus, c’est au retour de la pause où les animatrices prennent un petit moment pour donner un petit compliment à chaque personne. Encore pire, cette fois-ci, les animatrices ont dit qu’on pouvait aussi… se donner des compliments nous.

Fucccccckkkkk that!

J’ai vite décidé que je ne dirais juste rien. Je sais. Je suis asshole. Mais fuck that. Il reste qu’au lieu de trouver des compliments, j’ai essayé de comprendre pourquoi j’ai un tel malaise avec ces affaires-là. Après réflexion, je pense que ce n’est pas pour les mêmes raisons que je suis mal à l’aise de donner des compliments que je le suis pour en recevoir.

En fait, je ne suis pas mal à l’aise de donner des compliments. Je pense que je suis juste mal à l’aise de donner des compliments dans le petit moment où il faut donner des compliments. Ça me semble forcé et ridicule. Quétaine.

Pour en recevoir, je gère juste toujours ça mal et je ne sais pas pourquoi. Dans le groupe, on deux gars et deux filles. Le gars a fait des compliments aux deux filles et ensuite, j’espérais qu’il me skip, même si ça allait peut-être faire weird d’être le seul qu’il ne complimente pas.

Mais là, un truc spécial est arrivé.

Une animatrice m’a félicité, puis quelqu’un d’autre, et bref, tout le monde m’a félicité tour à tour. Et tout le long, je me rappelais que moi, j’avais déjà décidé que je ne dirais rien à personne. J’ai fini par couper une fille en lui suggérant une idée pour un truc dont elle avait parlé plus tôt et ça a fait rire les animatrices.

Mais même si mon cerveau négatif arrivait à désamorcer chaque compliment, la somme m’a surpris et quand j’ai eu envie de choker pour le gym ou me lever ou ce genre de petit truc depuis, j’avoue je me suis rappelé leurs bons mots m’ont aidé à me pousser un peu.

La télé d’ici… et l’argent

Petite montée de lait écrite suite à ce 1000e article sur Escouade 99 où l’on propose différentes actrices pour les rôles qu’on a whitewashés.

***

Collectivement, on ne veut pas mettre d’argent dans notre télé, mais quand vient le temps de revendiquer des trucs, là on aimerait faire comme si on avait tous les moyens du monde et qu’on a toutes les solutions à portée de main.

Éventuellement, on va devoir être conséquent.

La télé d’ici fonctionne avec des budgets anémiques. On fait de la télé super mainstream qui doit ratisser large parce que s’ils ne vont pas chercher un auditoire assez large pour vendre assez de pub, on tire la plogue.

Et comment fait-on pour attirer rapidement des regards? Ça prend des vedettes.

C’est pour ça que tous nos crime de shows sont toujours de nouveaux prétextes de bouette pour inviter les mêmes vedettes. (Très souvent blanches.) Et c’est la même chose dans nos séries. Les mêmes vedettes qui s’échangent les rôles et le public est au rendez-vous.

Et là, alors que les gens abandonnent la télé conventionnelle et que plus personne sait comment remplacer l’argent de la publicité, on gère la décroissance dans ce mode-là. Et personne dans nos institutions culturelles ne semble encore avoir un nouveau modèle inspirant et viable à proposer.

C’est facile de l’extérieur de dire qu’on aimerait voir plus de nouveaux visages et qu’on prenne plus de risques, mais avec des budgets de marde et une compétition super forte, quel producteur va vouloir les prendre, ces risques?

Quand t’es rendu à acheter un super cher un concept qui a déjà fonctionné ailleurs, est-ce que t’as l’air de quelqu’un qui file pour prendre des risques?

C’est plate à dire, mais le système dans lequel notre télé est placé, c’est fait pour limiter les risques au maximum.

Et ce n’est pas différent derrière la caméra. Comme scénariste, on peut aussi voir que ce sont les mêmes auteurs qui travaillent et qui font les principales séries depuis des années.

La diversité est rare là aussi.

Là non plus, on ne peut pas se permettre de prendre des risques parce qu’il n’y a pas d’argent alors les décideurs y vont avec des valeurs sûres.

Au détriment de la relève, de la diversité et de l’originalité.

Ça fait des années que j’aimerais voir plus de writers rooms plutôt que des auteurs solo ou en duo pour écrire nos séries, ce qui permettrait d’avoir une plus grande diversité de points de vue dans nos séries (et pas seulement une diversité ethnique), mais ça n’arrive pas. Ce n’est pas seulement un blocage culturel où on est ancré dans nos vieilles habitudes de télé québécoise où « on fait ça de même parce qu’on a toujours fait ça de même », c’est aussi une question d’argent.

Faire de la bonne télé, ça coûte des sous, et ici on est super cheap avec notre télé. Et quand une série floppe, on ne manque pas une occasion de bitcher que ç’a été payé « avec nos taxes » et que telle série américaine est meilleure sans jamais comparer les budgets.

Mais juste si on compare l’argent accordée à notre diffuseur public selon différents pays :

– CBC/Radio-Can a 1 milliard de budget pour une population de 38 millions d’habitants (en deux langues)
– Au UK, la BBC a 7 milliards de budget pour une population de 67 millions d’habitants
– En Allemagne, ARD a 11 milliards de budget pour une population de 83 millions

La seule place dans les pays modernes où ils mettent moins d’argent qu’ici par habitant, c’est aux États-Unis parce qu’ils sont 300 millions et ils décident de laisser le marché décider (et on voit ce que ça donne pour leurs chaines de nouvelles), mais ici, on est juste trop petit pour ça. On a besoin de l’argent publique comme tous les pays qui ne sont pas 300 millions.

Et éventuellement, il va falloir que la population réalise que notre télé est sous-financée pis que si on veut avoir une télé dont on peut être fier avec de l’ambition et de la diversité et de la prise de risque, on va devoir aussi y mettre de l’argent.

820$

J’ai un statut de poubelle en ce moment.

Ma doc me juge inapte au travail et ma dépression me place sur une des branches de l’aide de dernier recours qu’on appelle aussi aide sociale ou bien… le fameux BS.

Si tu veux te sentir comme un tas de marde dans la vie, dis publiquement que t’es sur le BS. Encore mieux, présente-toi au bureau qui gère le BS sur D’Iberville. C’est dans les meilleures façons de saccager une estime de soi.

D’ailleurs, est-ce qu’on répertorie le nombre de suicides chez les assistés sociaux chaque année? Depuis que je suis dans ce système, j’ai l’impression que ça fait partie de leur stratégie : si t’es assez fort, on va assez t’écoeurer pour que tu retournes travailler n’importe où, ou que tu te pendes.

Mon statut d’inapte/poubelle doit être renouvelé périodiquement par un rapport de mon médecin. Au mois de juin, j’ai reçu une lettre pour dire de renouveler mon rapport médical sinon j’allais retomber au BS normal.

Avec ma condition de dépressif, je touche 820$, ce qui est quand même 41% de la PCU! Bon, c’est normal que ce ne soit pas autant. Eux, ce sont de vrais humains avec des comptes et une vie pis toute.

Avec le BS normal, je toucherais 655$ et un bonus parce que j’habite seul qui m’amènerait à 740$. Une chance que j’ai ce fameux bonus sinon, comment ferais-je pour arriver avec mon appart à 655$ par mois? Là, ce bonus me laisse plein d’argent pour payer tous mes comptes et l’épicerie pour le mois.

Bref, je reçois cette lettre, mais quelques jours plus tard, je reçois une autre lettre pour me dire d’oublier tout ça et que mon statut d’inapte/déchet sera renouvelé d’un autre mois. Aucune explication, mais j’imagine que c’est un effet de la COVID.

Donc le mois suivant, je prends prendre rendez-vous avec mon médecin qui est disponible un lundi soir le 3 août. C’est un peu tard, mais je n’en fais pas de cas parce que les autres fois, le gouvernement me remboursait rétroactivement le 80$ de différence entre le 740$ du BS normal et le 820$ de mon BS de dépressif luxueux.

Si t’es assez wise pour tout comprendre jusqu’à maintenant, t’es assez wise pour comprendre que c’est impossible de s’en sortir avec si peu d’argent par mois. Si je n’avais pas d’amis autour de moi qui m’aident de différentes façons, ce serait juste impossible. Mais malgré toute cette aide, plus le mois avance et plus le 80$ manquant commence à paraitre en criss.

Et aujourd’hui, avec seulement quelques dollars en banque et encore six jours à faire dans le mois, j’ai appris que je ne l’aurais pas, ce 80$-là. Parce que mon médecin a signé les papiers le 3 août et non au mois de juillet. Le médecin a eu beau écrire les bonnes dates de mon état de santé sur le formulaire pour ne laisser aucun gap, la bureaucratie est ainsi faite. Pour corriger la situation, il faudrait faire une demande de révision.

– Comment ça fonctionne la révision?
– Je vais vous envoyer le formulaire par la poste.
– Par la poste? Mais madame, j’ai besoin d’argent pour manger maintenant.
– Je comprends, mais c’est comme ça.
– Et ça prend combien de temps le processus de révision?
– La réponse prend 30 jours.

Là, je suis parti à rire, mais le genre de rire qui lui a fait me suggérer de me transférer au bureau des plaintes. Grosse surprise, ça ne servait à rien de plus de jaser au gars du bureau des plaintes. C’est juste qu’il m’a donné les mêmes réponses avec un peu plus de compassion dans la voix.

Je pose des questions à savoir qu’est-ce qu’il peut bien se passer durant ce 30 jours de révision. Est-ce que je peux mettre en contact quelqu’un avec mon médecin? Mais non.

Le fait est : il aurait fallu que je vois mon médecin avant le 3 août pis comme je n’ai pas fait ça, il n’y a RIEN à faire. Comprends-tu? Il n’y a RIEN à faire. Ça ne relève plus du domaine du possible. Là, c’est juste le processus de révision qui peut me sauver.

Donc, je vais recevoir le formulaire par la poste, pis le gars des plaintes était super positif en disant que ça pouvait même prendre moins que 30 jours et que le 1er septembre, j’allais recevoir mon PLEIN montant!

Quand je lui ai expliqué qu’avec 820$ par mois, je n’avais pas vraiment d’argent de lousse pour couvrir mes semaines précédentes, il est retombé en mode piteux.

Mais je suis bien conscient que je ne peux pas chialer ou me plaindre. Je le sais que je dois me taire. On me fait vivre. Je devrais déjà me compter ben chanceux qu’on me donne ça plutôt que rien pantoute.

J’entends tout ça.

Je lis tout ça.

Tous les jours. Pis inquiète-toi pas, je le ressens eeeeeeen masse!

Top 5 des signes que t’es de mauvaise foi quand tu t’obstines en commentaires

(Fais-moi confiance, je suis un expert.)

5. T’as beaucoup d’énergie pour expliquer ton point de vue, mais beaucoup moins pour comprendre celui des autres.

4. Quand tu te fais bloquer par quelqu’un, tu t’en vantes en publiant le screenshot.

3. Quand quelqu’un amène de bons arguments contre ton point de vue, tu préfères répondre à quelqu’un d’autre qui est plus facile à déboiter.

2. Quand quelqu’un te challenge, t’as le réflexe d’aller fouiller son profil pour trouver des infos sur lesquelles tu pourrais le dénigrer.

1. Quand tu réalises que l’autre a peut-être raison, tu préfères cesser de commenter plutôt que de concéder quoique ce soit.

Ne te sens pas trop mal si tu te reconnais dans certains points. Ça arrive même aux meilleurs.

Mes interactions de la semaine

Je n’ai plus d’apps de rencontre depuis quelques semaines, mais ça ne m’empêche pas d’avoir plein d’action et de flirt avec la gente féminine!

(Oui, c’est dit avec beaucoup d’ironie.)

Je marchais sur ma rue cette semaine en écoutant le match de hockey dans mes écouteurs et cette jolie fille sur la piste cyclable ralentissait à l’intersection avec son bixi qui faisait un bruit louche. C’est que quelque chose du vélo accrochait une roue et ça créait une espèce de trame sonore dramatique à la Jaws dont le rythme ralentissait en même temps que le vélo. Alors j’ai essayé d’accuser le moment dramatique funné.

Je lui ai juste lancé à partir du trottoir « pas facile » avec le sourire avant de commencer à tourner mon coin de rue, pas certain qu’elle va m’entendre ou comprendre ou trouver que j’ai rapport. Mais au contraire, elle me répond tout de suite avec plein de bonne humeur « non, il s’exprime, hein! ». En plus, elle avait un accent super cute! Et là, j’étais comme sous le choc que ça se passe si bien que j’ai rien trouvé à répliquer et j’étais déjà parti dans la mauvaise direction faque c’est juste mort avec moi qui a bogué en me demandait ce qu’il aurait fallu que je fasse.

????

Ma deuxième interaction est arrivée parce que je cherchais un bouquin de David Foenkinos. C’est que je me cherche des modèles d’écrivain pour Clandestino, et c’est lui que je trouve le plus inspirant côté style qui pourrait m’aider. J’ai déjà ses bouquins en format numérique, mais je me disais que ce serait pratique d’avoir une version papier pour que je puisse écrire dedans et noter ou surligner des trucs.

Bref, quand j’ai vu que le petit format de poche se vendait 16$, je trouvais ça beaucoup trop cher pour mon plan, mais coup de chance, une fille vendait ses trois meilleurs livres sur Marketplace 4$ chacun. Yessss! Je la contacte et on se fixe rendez-vous.

Je suis arrivé un peu d’avance alors je lui ai texté pour dire que j’attendais au petit parc d’à côté et qu’elle a juste à me donner le ok si elle est déjà dispo. Mais comme elle ne regardait jamais ses textos, j’ai fini par aller sonner chez elle quand même.

C’est cool de rencontrer une fille alors que tu sais déjà qu’elle aime David Foenkinos. C’est comme un gage d’une certaine compatibilité. Quand je l’ai vu et que j’ai entendu sa voix, c’était encore plus cool. J’ai essayé de créer un peu de conversation en lui demandant son préféré dans les trois. Ensuite, elle m’a demandé si j’étais intéressé à acheter d’autres livres et j’ai rapidement dit non, ce qui était peut-être un faux-pas, même si c’était honnête.

Bref, ç’a dû durer que 45 secondes. Je lui ai dit de tremper l’argent comptant dans le Purell et je suis parti.

Quand elle a vu mes textos en retard, elle s’en est excusée. Je lui ai texté que c’était ben correct et que je lui avait donné plein d’étoiles quand même.

Mais ça aussi, c’est mort là après quelques émojis de bonhommes sourire.

J’ai aussi rencontré les jumelles canon de mon bloc qui sont TOUJOURS ensembles. C’est weird parce que c’est impossible d’aborder des jumelles ensemble. Déjà, tu fais pas trop la différence entre les deux, et une va se sentir exclue. À moins d’être assez arrogant pour essayer les deux en même temps? Je sais pas.

Et là, je viens de recevoir une notif de nulle autre que Gina Gerson (!!!) qui a highlighté mon commentaire sur son vidéo YouTube faque t’sais! Ahah! Je trouvais ça drôle de lui écrire ça (la photo du post) parce qu’elle disait que les gens nous trouvent cute pour notre énergie.

Je n’écris tellement jamais de commentaire YouTube, encore moins à des pornstars russes. Mais on ne sait jamais! Elle parle un peu français. Peut-être qu’elle va finir par passer à Montréal… pis googler tchendoh… pis… ouin, ok.

« Articles précédents

© 2020 10putes.com

Thème par Anders NorenHaut ↑